Show Less
Restricted access

La domination comme expérience européenne et américaine à l'époque moderne

Series:

Edited By David Chaunu and Séverin Duc

Issus d’un colloque organisé en Sorbonne en juin 2017, les articles publiés dans cet ouvrage interrogent les imaginaires et les pratiques de la domination politique à l’époque moderne. (Re)conquêtes, révoltes, révolutions, répressions, crises de régime, expansion coloniale sont l’objet de cet ouvrage et sont envisagés comme autant d’épreuves pour les sociétés modernes, confrontées au risque de leur anéantissement et à la nécessité de leur réinvention. Ce volume propose d’étudier ces moments à la lumière des acquis récents de l’histoire politique et sociale, en interrogeant les processus de domination dans l’Europe moderne et ses prolongements ultramarins par-delà l’Atlantique.

Show Summary Details
Restricted access

La domination malgré soi. L’ascendant anglais sur l’Amérique du Nord-Est au XVIIe siècle (Lauric Henneton)

Extract

← 68 | 69 →

La domination malgré soi

L’ascendant anglais sur l’Amérique du Nord-Est au XVIIe siècle

Lauric HENNETON

Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

En 1688, quand commence la guerre de la Ligue d’Augsbourg, la présence européenne sur le continent nord-américain est assez simple à décrire. La présence française se concentre sur l’Acadie (mais à faible densité) et dans la vallée du Saint-Laurent, d’où colons et explorateurs commencent à s’étendre vers les Grands Lacs et à descendre le Mississippi. Les Anglais, pour leur part, occupent l’essentiel du littoral au sud de l’Acadie, avec quelques villages de pêcheurs dans le Maine actuel, puis une Nouvelle-Angleterre bien plus densément peuplée, autour du Massachusetts et de Boston, tout le littoral de la Baie de Long Island, le New York, puis, un peu plus au sud, le Maryland et la Virginie. Entre les deux, la Pennsylvanie et les Jersey (East et West) commencent à être occupés, notamment par des quakers. Plus au sud encore, la Floride est revendiquée par les Espagnols à défaut d’être densément peuplée. Entre la Floride et la Virginie, une zone encore peu ou pas occupée, qui deviendra la Géorgie et les Carolines et qui, pour l’instant, constitue un tampon entre les possessions anglaises et espagnoles. Bien sûr, tous ces établissements européens s’inscrivent dans un environnement où les populations amérindiennes sont encore présentes, et leurs...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.