Show Less
Restricted access

L'eau et le plaisant

Usages et représentations de l'eau dans l'oeuvre de Pline le Jeune

Yasmina Benferhat

Quelle importance les Romains accordaient-ils à la présence de l’eau, et jusqu’à quel point celle-ci jouait-elle un rôle dans leur vie quotidienne ? C’est à ces questions que répond cet ouvrage, en s’appuyant sur l’exemple offert par Pline le Jeune, qui écrivit sous le règne de Trajan, une période particulièrement brillante pour la civilisation romaine. Haut fonctionnaire, il fut chargé de résoudre bien des problèmes liés à la gestion de l’eau au cours de sa carrière, en même temps qu’il se délassait en jouissant de la présence de l’eau, aussi bien dans la nature que dans ses splendides piscines et salles de bain.

En analysant en profondeur les passages de son œuvre où l’eau est mentionnée, que ce soit dans la description de paysages, rendus agréables grâce aux lacs et aux sources, dans la présentation d’un Empire à échelle mondiale s’appuyant sur la circulation sur eau des personnes et des marchandises, ou enfin dans l’évocation souvent très précise de techniques venues de l’hydraulique pour mettre l’eau au service des besoins et des plaisirs des hommes, ce livre se propose d’offrir à notre époque, pour laquelle l’eau devient de plus en plus un enjeu géostratégique, un point de comparaison et une matière à réflexion sur les permanences et les changements depuis vingt siècles. Que peut nous apprendre un Romain des années 100 de notre ère sur les usages de l’eau et ses représentations dans l’imaginaire collectif ?

Show Summary Details
Restricted access

Conclusion générale

Extract



Équilibre et déséquilibres : et si les usages et représentations de l’eau dans l’œuvre de Pline le Jeune pouvaient se résumer ainsi ? De fait les paysages décrits, très variés mais tous marqués par la présence d’une eau bienfaisante, semblent en phase avec l’équilibre atteint par l’Empire sous le règne des premiers Antonins. L’eau des lacs, des fleuves, des mers et des sources est facteur d’équilibre et d’harmonie, que ce soit en Gallia Cisalpina ou en Afrique. La sérénité permet de prendre le temps d’apprécier des curiosités de la nature, source du Clitumne ou lac Vadimon, dans une démarche qui associe intérêt scientifique et plaisir du beau.

Il existe des moments de déséquilibre, assurément, quand l’eau déborde le temps d’une inondation ou lorsqu’elle fait soudain défaut, mais ce ne sont que péripéties passagères dans un monde en équilibre : trouble in paradise. Pline refuse d’y voir des présages néfastes qui seraient une remise en cause de l’équilibre enfin retrouvé sous un bon dirigeant. L’eau n’est pas messagère d’une colère divine : elle est un élément naturel qu’il s’agit de contrôler au moyen de différentes techniques. Celles-ci permettent de rendre la vie encore plus plaisante à côté des plaisirs immédiats offerts par la présence spontanée de l’eau : l’hydraulique assure grâce aux...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.