Show Less
Restricted access

L'eau et le plaisant

Usages et représentations de l'eau dans l'oeuvre de Pline le Jeune

Yasmina Benferhat

Quelle importance les Romains accordaient-ils à la présence de l’eau, et jusqu’à quel point celle-ci jouait-elle un rôle dans leur vie quotidienne ? C’est à ces questions que répond cet ouvrage, en s’appuyant sur l’exemple offert par Pline le Jeune, qui écrivit sous le règne de Trajan, une période particulièrement brillante pour la civilisation romaine. Haut fonctionnaire, il fut chargé de résoudre bien des problèmes liés à la gestion de l’eau au cours de sa carrière, en même temps qu’il se délassait en jouissant de la présence de l’eau, aussi bien dans la nature que dans ses splendides piscines et salles de bain.

En analysant en profondeur les passages de son œuvre où l’eau est mentionnée, que ce soit dans la description de paysages, rendus agréables grâce aux lacs et aux sources, dans la présentation d’un Empire à échelle mondiale s’appuyant sur la circulation sur eau des personnes et des marchandises, ou enfin dans l’évocation souvent très précise de techniques venues de l’hydraulique pour mettre l’eau au service des besoins et des plaisirs des hommes, ce livre se propose d’offrir à notre époque, pour laquelle l’eau devient de plus en plus un enjeu géostratégique, un point de comparaison et une matière à réflexion sur les permanences et les changements depuis vingt siècles. Que peut nous apprendre un Romain des années 100 de notre ère sur les usages de l’eau et ses représentations dans l’imaginaire collectif ?

Show Summary Details
Restricted access

Chapitre III : Entre croyances et techniques

Extract

← 80 | 81 →

CHAPITRE III

Entre croyances et techniques

Nous avons vu quel rôle pouvait jouer l’eau, essentiellement mer ou fleuve, dans la gestion de l’Empire : transport des personnes et des marchandises, opérations militaires le long d’une frontière. Elle sert de cadre aux activités humaines. Qu’en est-il quand l’eau est utilisée pour assurer les besoins d’une ville – thermes, eau potable par exemple – ou d’un particulier qui souhaite embellir sa villa avec des jets d’eau ? L’eau est-elle toujours sous contrôle chez Pline ou bien a-t-elle une action qui lui serait propre parce que liée aux divinités, à la religion ? La pluie joue parfois un rôle de présage chez les historiens, comme Tacite et Tite-Live ; les crues étaient vues comme un signe de la colère divine298 : retrouve-t-on cela chez Pline le Jeune ? La question vaut la peine d’être posée puisqu’il décrit volontiers des sites qui sont marqués par la piété et des croyances religieuses299.

Nous allons justement partir de ces descriptions pour étudier les moments où l’eau semble hors de contrôle, sous forme d’intempéries ou de crues, avant de nous attarder sur le cas du Nil lors d’un épisode de sécheresse où le lien entre eau et religion s’affirme nettement. Après cette première partie consacrée à l’eau et aux croyances, nous verrons l’eau parfaitement contrôlée des canaux, des installations portuaires et des aqueducs...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.