Show Less
Restricted access

L’essentiel de la médiation

Le regard des sciences humaines et sociales

Edited By Michele De Gioia and Mario Marcon

Est-ce qu’un linguiste envisage la médiation de la même façon qu’un juriste ou un didacticien ? Est-ce que la médiation cognitive a quelque chose à voir avec la médiation interculturelle et la médiation institutionnelle ? Est-ce que le médiateur culturel, le médiateur social et le médiateur urbain exercent le même travail ? Lorsque la médiation apparaît dans des textes ou des discours, on saisit sommairement à quoi elle renvoie, d’autant plus que sa définition s’enrichit des connaissances, des compétences, des pratiques et des situations propres aux domaines qui la concernent.

Cet ouvrage questionne « l’essentiel de la médiation » suivant le regard des sciences humaines et sociales. Des scientifiques, experts, professionnels apportent des éclairages par une approche globalement pluridisciplinaire et quelquefois interdisciplinaire, à partir des sciences du langage, sciences de l’information et de la communication, sciences de l’éducation, sociologie, philosophie, droit. Leurs contributions mettent en lumière des traits conceptuels transdisciplinaires faisant consensus, dans le but de parvenir à une caractérisation conceptuelle à la fois transversale et autonome de la médiation.

Show Summary Details
Restricted access

Thierry Bonfanti: Vers une ontologie de la médiation

Vers une ontologie de la médiation

Extract

Thierry Bonfanti*Université de Vérone

Il existe un mot tellement répandu dans le vocabulaire courant qu’il ne questionne plus. Il recouvre des pratiques qui se développent dans différents domaines et dans le monde entier. Ce phénomène a conduit les experts à passer du signifiant au signifié et à s’interroger sur ce dernier. Ils tentent de le conceptualiser, mais les tentatives de définition de la médiation, aussi argumentées soient-elles, se heurtent à l’extension du terme dans des champs sémantiques tellement différents qu’à vouloir tout comprendre, le concept risque de perdre de son intérêt.

Un autre risque de cette tentative de conceptualisation de la médiation réside dans une appropriation normative par une partie des experts. Il me vient à penser que nous devrons partager le terme qui recouvre des réalités trop différentes pour prétendre en donner une définition commune intéressante. Comment concilier en effet une conception de la médiation qui voit dans la culture ou dans la connaissance (Houssaye 2000) l’un des termes mis en relation avec une conception ou les deux termes sont des êtres humains, si ce n’est au prix d’une abstraction généralisant le concept à un niveau tel qu’il en perdrait son intérêt opérationnel ? Il me plaît de croire que le processus d’un débat permanent sur la médiation serait plus heuristique que sa conclusion hâtive, fût-elle consensuelle. Cela...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.