Show Less
Restricted access

La chanson dans l'Espagne contemporaine (XIXe-XXIe siècles)

Variations, appropriations, métamorphoses

Series:

Edited By Marie Franco and Miguel Olmos

Les chansons populaires, les hymnes politiques, les chants traditionnels, les compositions savantes ou les morceaux produits au sein de la culture de masse ont en commun d’exprimer, du xixe siècle à nos jours, les combats ou les rêves des Espagnols ; ils témoignent également, dans leurs avatars successifs, des sentiments identitaires en évolution et des crises traversées. Les contributeurs de ce livre s’interrogent sur la chanson comme forme musicale autonome associant un texte à une mélodie et générant une pluralité d’expériences de partage et d’écoute, dans une perspective d’histoire culturelle qui s’attache à examiner les interactions de l’individuel et de l’émotionnel, du sensoriel, du collectif et du politique.

Les notions de « variation » et d’« appropriation » permettent d’éclairer cette nature mouvante en soi de la chanson, dans laquelle surgissent parfois les échos du passé, ou les traces d’autres « performances ». Interprétée, adaptée, traduite, parodiée ou tout simplement incarnée dans des voix et des corps différents, elle se caractérise par cette aptitude à se laisser transformer en profondeur au fil des époques, des crises et des variations de goûts.

Les articulations thématiques de cet ouvrage la présentent successivement, à travers quelques cas d’étude, dans sa construction comme spectacle et expérience sensorielle et intellectuelle, comme investissement collectif, comme outil mémoriel ou témoin des rapports aux modernités successives et, enfin, comme un enjeu technique, en vue de sa reproductibilité, qui s’accompagne toujours d’évolutions esthétiques, mais aussi économiques. Forme mouvante en soi, nourrie de voix individuelles et collectives, la chanson est l’expression ultime de la culture comme circulation et bouillonnement infatigables.

Show Summary Details
Restricted access

Celsa Alonso: De pasodobles, jazz, tangos y rumbas : canción, transgresión y alteridad en el teatro cómico-lírico español (1900–1936)

De pasodobles, jazz, tangos y rumbas :

canción, transgresión y alteridad en el teatro

cómico-lírico español (1900–1936)

Extract

Celsa Alonso

Universidad de Oviedo

Résumé : Le théâtre comique lyrique du premier tiers du XXe est un théâtre parlé, entrecoupé de chansons ; commercial et populaire, il est à la fois toléré et consommé par les classes hégémoniques et porteur d’un potentiel de transgression. Alors que se construit une culture populaire nationale, ce théâtre débordant de musique devient une expression discursive fondamentale de la modernité, de l’identité nationale et des identités de genre. Outre l’importance du livret, la musique y fonctionne comme un mécanisme de persuasion, en lien avec le plaisir et les émotions, et articulé avec le geste, l’image, la chorégraphie et la scénographie. Les chansons, en apparence innocentes ou piquantes, sont le moyen de représenter des valeurs transgressives ou de proposer un monde alternatif et fantastique, remettant en question les identités. Dans un monde de bipolarités manichéennes, les notions de modernité, d’altérité, d’exotisme et de transgression sont portées par les rythmes américains et latins (matchiche, tango ou rumba, fox-trot, shimmy, charleston et jazzband). Cependant, cette modernité suscite aussi des peurs que manifeste la popularité des rythmes castizos (nationaux) : paso-doble, chotis, zambras, bulerías etc. Comme dans le théâtre musical de l’Europe et des États-Unis, la femme est un axe fondamental d’un répertoire dont la signification, parfois ambivalente, suggère des espaces de transgression ou de prise de pouvoir féminin.

El teatro c...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.