Show Less
Restricted access

Passé(s) recomposé(s)

les commissions d’historiens dans les processus de rapprochement (Pologne-Allemagne, Pologne-Russie)

Series:

Emmanuelle Hébert

Cet ouvrage analyse le travail des commissions d’historiens dans les processus de rapprochement en Pologne. Deux d’entre elles sont privilégiées : la commission polono-allemande portant sur les manuels scolaires et le groupe polono-russe sur les questions difficiles. Cette étude se fonde sur deux sources principales : une série d’entretiens et des recherches dans les archives, auxquelles s’ajoutent des ressources complémentaires : observations participantes et analyse de discours politiques, de sondages et de la presse. Le dialogue sur l’histoire auquel d’aucuns font appel correspond tout à fait à ce qui est demandé aux commissions d’historiens. Dès lors, pourquoi ces commissions ont-elles été créées ? Comment fonctionnent-elles et pourquoi continuent-elles de fonctionner ? Nous formons les hypothèses que, premièrement, ces commissions ont été créées dans un objectif de rapprochement, voire de réconciliation. Deuxièmement, leur fonctionnement — et sa prolongation — dépend de trois variables : le contexte, les mandats, les acteurs.

Cet ouvrage s’articule en cinq axes. Les trois premières parties portent sur chacune des trois variables évoquées : contexte, mandats, acteurs. La quatrième partie concerne les sphères d’influence de ces commissions et les débats qu’elles engendrent : politique et religion, débats publics, débats scientifiques. La dernière partie se concentre sur les projets de ces commissions : l’ouvrage commun ou les centres de dialogue du côté polono-russe, le manuel commun d’histoire du côté polono-allemand. Au travers de toutes ces pratiques, les commissions d’historiens cherchent, dans le cadre de la transformation des conflits, à réconcilier par l’histoire, c’est du moins l’un des arguments défendus dans cet ouvrage.

Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 2. Trajectoires personnelles

Extract

Afin de comprendre qui sont les acteurs, il semble décisif de se pencher sur leur trajectoire personnelle, au-delà de l’étude d’un CV « froid ». Ce genre d’interrogations implique forcément la mise en intrigue d’une histoire personnelle, présentée de manière parfois trop lisse ou linéaire. Nous pensons néanmoins que les réponses données par les acteurs quant à leur trajectoire personnelle peuvent donner de précieuses indications sur les représentations de ces acteurs et sur les contextes traversés en amont de leur positionnement professionnel. Les trajectoires personnelles éclairent en effet souvent leur intérêt pour le pays voisin. Elles laissent entrevoir les socialisations diverses de ces acteurs, les valeurs, les normes qu’ils ont intériorisées157. Il faut certes se garder de toute généralisation hâtive. Un aperçu général du parcours des membres permet de faire apparaître les raisons de leur engagement dans ces processus (I). Il pointe les générations d’acteurs qui se croisent et se succèdent au sein des commissions (II). Parmi les acteurs les plus importants dans les commissions, trois co-présidents et un membre actif retiennent notre attention dans ce chapitre. Georg Eckert, Władysław Markiewicz, Adam Daniel Rotfeld et Gotthold Rhode occupent une place particulière dans les processus étudiés (III).

Au cours de nos entretiens, nous avons mis en lumière trois éléments soulignés par les acteurs au sujet de leur...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.