Show Less
Open access

Effort environnemental et équité

Les politiques publiques de l’eau et de la biodiversité en France

Series:

Edited By Valérie Deldrève, Jacqueline Candau and Camille Noûs

Cet ouvrage contribue, à travers la notion d’effort environnemental, au débat sur les relations entre équité et efficacité des politiques publiques. Quel est l’effort environnemental demandé et quelle est sa répartition sociale ? Quels principes y président et quels sentiments de justice ou d’injustice sont générés ? En quoi les politiques environnementales qui requièrent cet effort contribuent-elles à créer, renforcer ou diminuer les inégalités sociales et environnementales existantes ? Il explore l’hypothèse, inspirée des controverses présentes dans la littérature, d’un effort environnemental plus élevé des populations les plus vulnérables socialement, indépendamment de leur plus faible impact sur l’environnement. Elle est mise à l’épreuve de deux politiques environnementales sectorielles : celle des parcs nationaux pour la biodiversité et celles des mesures agro- environnementales européennes et captages Grenelle pour l’eau. Les cas d’étude choisis dans des territoires de l’hexagone ou ultra-marin sont analysés depuis les points de vue post-colonial, d’écologie politique et de justice environnementale. Ils ont permis de cheminer vers une conceptualisation de la notion d’effort environnemental.

Show Summary Details
Open access

À propos de l’auteur

À propos de l’auteur

Valérie Deldrève est sociologue, directrice de recherche à l’Inrae de Bordeaux. Ses travaux s’inscrivent dans le champ de la justice environnementale. Ils portent sur les effets des politiques publiques et actions collectives de conservation des sites et ressources naturels, ou encore de lutte contre les pollutions industrielles.

Jacqueline Candau est sociologue, directrice de recherche à l’Inrae de Bordeaux. Ses travaux portent sur l’écologisation des pratiques agricoles, les inégalités sociales liées à l’action publique environnementale et plus récemment, sur les inégales capacités des travailleurs agricoles à parler des pesticides.

Le 20 mars 2020 naissait Camille Noûs, incarnant la contribution de la communauté aux travaux de recherche, sous la forme d’une signature collective. Cette co-signature revendique le caractère collaboratif et ouvert de la création, de la probation et de la diffusion des savoirs, sous contrôle de la communauté scientifi que.