Show Less
Restricted access

Maîtres, précepteurs et pédagogues

Figures de l’enseignant dans la littérature italienne

Series:

Edited By Stefano Lazzarin and Agnès Morini

L’ouvrage analyse les représentations littéraires de celui qui incarne l’autorité par sa maîtrise de la culture et du langage, l’enseignant, qui a une longue histoire dans la littérature italienne, depuis l’Atlant du Roland Furieux en passant par les pédagogues des comédies du XVIe s. et les précepteurs du XVIIIe s. (Parini, Il giorno), les maîtres d’école du roman du XIXe s., jusqu’aux fréquentes variations sur le thème dans la littérature du XXe s. Si le premier est un sage, aux facultés supérieures voire magiques, le précepteur de la comédie n’est qu’une caricature, comme le pédagogue vaniteux et pédant du XVIIIe s. Puis le maestro se transforme en figure du malheur : suspendu dans une position ambiguë, entre maître et serviteur, il suscite la suspicion des autres ; plein d’ambitions frustrées, il ne dispose que de sa culture et de son talent pédagogique pour tenter d’échapper à son rôle subalterne. Pour le XXe s., entre autorité reconnue ou contestée, les exemples retenus sont nombreux : G. Mosca, Ricordi di scuola ; L. Mastronardi, Il maestro di Vigevano ; N. Ginzburg, Lessico famigliare ; la lettre à Gennariello des Lettere luterane de Pasolini, etc.

Show Summary Details
Restricted access

La casa in collina : une leçon particulière (Walter Geerts)

Extract

Walter Geerts

Université d’Anvers

La casa in collina : une leçon particulière

Partir sur les traces de l’enseignant dans l’œuvre de Pavese, c’est s’intéresser à ceux qui, dans cet univers romanesque, accompagnent, de près ou à distance, avec succès ou avec un sentiment d’échec, comme c’est souvent le cas dans le monde pavésien, l’éducation des jeunes et des moins jeunes. Mais, puisqu’il s’agit de Pavese et de sa constellation de personnages et de situations aux traits psychologiques et moraux bien particuliers, se pencher sur les éducateurs pourrait paraître paradoxal. Il faudrait également s’interroger, en effet, sur les raisons qui ont pu pousser l’inventeur d’un univers fictionnel aussi dépourvu d’espoir et d’avenir, comme fut le sien, dans la direction des figures et des institutions dont la seule mission consiste à préparer et donner forme à cet avenir. Il n’y a pas d’éducation aisée ou spontanée dans Pavese : les maîtres qu’il met en scène sont, pour parler schématiquement, des idéologues ou des ratés. Les premiers ‘font la leçon’ par excès de conviction, les derniers pour cacher qu’ils n’en ont pas ou plus. À cela s’ajoute la condition troublante de l’histoire personnelle de l’auteur. Plus troublante même que d’habitude, dans son cas, vu l’intensité avec laquelle il l’a exposée tout au long de sa brève carrière d’écrivain. Une fenêtre grande ouverte sur l’âme de...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.