Show Less
Restricted access

Max Reinhardt

L’art et la technique à la conquête de l’espace – Kunst und Technik zur Eroberung des Raumes

Series:

Edited By Marielle Silhouette

avec la collaboration/in Zusammenarbeit mit Jean-Louis Besson, Ségolène Le Men, Peter W. Marx et/und Clara Royer

Pionnier des temps présents et à venir, Max Reinhardt (1873–1943) fait du théâtre le vecteur même de la modernité et de ses bouleversements de frontières. Il procède ainsi à des décloisonnements multiples et à une recherche constante de nouveaux espaces. À la mesure de cette proposition, par nature expérimentale, polymorphe et cosmopolite, le présent volume s’emploie à multiplier les circulations entre les disciplines et les territoires de la recherche. Par la rencontre des conservateurs d’archives et des chercheurs, par le dialogue des spécialistes avec les représentants des aires traversées, il devient possible de composer un atlas artistique et culturel de cette époque et de prendre la mesure de la postérité de Max Reinhardt jusqu’à nos jours.

Als Pionier seiner Zeit und der Zukunft sieht Max Reinhardt (1873–1943) im Theater einen Träger der Moderne und ihrer vielfältigen Umwälzungen. Auf der Suche nach neuen Schaffensräumen unterzieht er die Bühne einem radikalen Entgrenzungsprozess. Gemäß dieser von Grund auf experimentellen, polymorphen und kosmopolitischen Geste basiert diese Publikation auf Zirkulationen zwischen den wissenschaftlichen Disziplinen und Territorien. Durch die Kollaboration der Archivare und der Forscher, durch den Dialog zwischen den Max Reinhardt-Spezialisten und den Vertretern der zahlreichen Wirkungsgebiete entsteht ein künstlerischer und kultureller Atlas von dieser Epoche und von Max Reinhardts Erbe bis heute.

Show Summary Details
Restricted access

Le grand théâtre du monde selon Max Reinhardt : Considérations sur le Jeu festif en rimes allemandes

Extract

PETER W. MARX (Université de Cologne)

Le grand théâtre du monde selon Max Reinhardt Considérations sur le Jeu festif en rimes allemandes

La vie de Max Reinhardt est étrangement à la mesure du siècle passé : dans le domaine artistique comme dans le parcours de l’homme lui-même – un self made man au meilleur sens du terme –, ses débuts témoignent des espoirs et utopies propres au développement d’une culture métropolitaine autour de 1900, sa mort solitaire à New York et sa tombe presque oubliée à Hastings-on-Hudson en disent long sur les revers de fortune et la politique criminelle qui l’expulsèrent hors d’Allemagne et de son cercle d’influence. L’expression « grand théâtre du monde » (theatrum mundi), appliquée à son œuvre n’est donc pas à comprendre dans un sens baroque, mais plutôt comme la tentative d’approcher le monde, sa culture, ses espaces et son histoire par le théâtre. On peut ainsi observer trois niveaux distincts de cette métaphore.

Le premier renvoie très concrètement au théâtre du monde baroque, un motif et une conception couramment associés à Max Reinhardt dans la recherche. Cette proposition vaut particulièrement pour Jedermann (1911) et Le Grand Théâtre du monde de Salzbourg (1933).

Au-delà de cette acception très spécifique, le theatrum mundi peut aussi être interprété comme la recherche propre à Reinhardt d’un théâtre en quête de formes nouvelles dépassant la seule d...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.