Show Less
Restricted access

Max Reinhardt

L’art et la technique à la conquête de l’espace – Kunst und Technik zur Eroberung des Raumes

Series:

Marielle Silhouette

avec la collaboration/in Zusammenarbeit mit Jean-Louis Besson, Ségolène Le Men, Peter W. Marx et/und Clara Royer

Pionnier des temps présents et à venir, Max Reinhardt (1873–1943) fait du théâtre le vecteur même de la modernité et de ses bouleversements de frontières. Il procède ainsi à des décloisonnements multiples et à une recherche constante de nouveaux espaces. À la mesure de cette proposition, par nature expérimentale, polymorphe et cosmopolite, le présent volume s’emploie à multiplier les circulations entre les disciplines et les territoires de la recherche. Par la rencontre des conservateurs d’archives et des chercheurs, par le dialogue des spécialistes avec les représentants des aires traversées, il devient possible de composer un atlas artistique et culturel de cette époque et de prendre la mesure de la postérité de Max Reinhardt jusqu’à nos jours.

Als Pionier seiner Zeit und der Zukunft sieht Max Reinhardt (1873–1943) im Theater einen Träger der Moderne und ihrer vielfältigen Umwälzungen. Auf der Suche nach neuen Schaffensräumen unterzieht er die Bühne einem radikalen Entgrenzungsprozess. Gemäß dieser von Grund auf experimentellen, polymorphen und kosmopolitischen Geste basiert diese Publikation auf Zirkulationen zwischen den wissenschaftlichen Disziplinen und Territorien. Durch die Kollaboration der Archivare und der Forscher, durch den Dialog zwischen den Max Reinhardt-Spezialisten und den Vertretern der zahlreichen Wirkungsgebiete entsteht ein künstlerischer und kultureller Atlas von dieser Epoche und von Max Reinhardts Erbe bis heute.

Show Summary Details
Restricted access

Tanz, Pantomime und Körpersprache in Max Reinhardts Theater am Beispiel von Grete Wiesenthal (1885-1970) / Danse, pantomime et langage du corps dans le théâtre de Max Reinhardt : l’apport de Grete Wiesenthal (1885-1970) (Marie-Thérèse Mourey)

Extract

MARIE-THÉRÈSE MOUREY (Université Paris-Sorbonne)

Danse, pantomime et langage du corps dans le théâtre de Max Reinhardt : l’apport de Grete Wiesenthal (1885-1970)

L’apport au théâtre des éléments non verbaux que sont la musique et les sons, les décors, éclairages et costumes, ainsi que l’ensemble formé par la danse et la pantomime, est encore trop souvent réduit à une fonction purement divertissante ou ornementale. On sait que dans son projet de délittérariser le théâtre et de réenchanter la scène en revenant au spectacle vivant et festif, Max Reinhardt se proposa de remettre en valeur l’espace à travers les formes, les volumes et les lumières, les sons et les voix, ainsi que les corps des acteurs, afin de restituer à la performance, par des éléments optiques et acoustiques, sa dimension pleinement sensuelle.1 Très tôt, Reinhardt saisit l’importance du langage du corps comme complément, voire substitut du langage verbal dans ses mises en scène, notamment pour ses recréations de comédies et comédies-ballets de Molière (Le Mariage forcé, George Dandin, Le Bourgeois gentilhomme, Les Fâcheux), pour lesquelles il collabora étroitement avec le poète Hugo von Hofmannsthal.2 Or c’est précisément ce dernier qui fut à l’origine d’une rencontre décisive entre Reinhardt et la danseuse Grete Wiesenthal, Autrichienne comme lui, Viennoise de surcroît, bientôt devenue un mythe, une icône, que la postérité transfigura en incarnation de...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.