Show Less
Restricted access

Vieillissement et classes sociales

Series:

Cornelia Hummel and Nathalie Burnay

Quelles réalités recouvre l’image, souvent uniformisante, des transformations récentes des conditions de vie des retraités ? Certes, la pauvreté a reculé chez les personnes âgées, leur état de santé s’est amélioré et la retraite ne rime plus avec exclusion sociale. Pourtant, dans les coulisses des tendances générales, d’anciennes vulnérabilités persistent et de nouvelles inégalités émergent. Mêlant contributions théoriques et empiriques, cet ouvrage porte sur un aspect largement occulté en sociologie de la vieillesse, celui des inégalités sociales dans la dernière étape du parcours de vie. Il interroge notamment les nouveaux modèles du « bien vieillir » et du « vieillissement actif » en portant l’attention sur les conditions de réalisation socialement situées de ces modèles. Il propose également un regard réflexif sur les travaux sociologiques dans le domaine du vieillissement en questionnant, du point de vue historique, leur rôle dans le processus d’invisibilisation des effets de classe dans ce champ d’étude et en montrant comment les perspectives issues des études de genre ouvrent la voie à un renouveau des analyses en terme de classes dans le cadre des approches intersectionnelles.

Show Summary Details
Restricted access

Les classes sociales dans les analyses sociologiques du vieillissement (Isabelle Mallon)

Extract

← 18 | 19 →

ISABELLE MALLON

Les classes sociales dans les analyses sociologiques du vieillissement

Effacement relatif et perspectives de recherche

La perspective bio-médicale s’est très largement imposée dans les sociétés occidentales comme le paradigme principal d’analyse du vieillissement et de la vieillesse (Estes & Binney, 1989) : dans les politiques publiques, dans les questions sociales, dans les représentations et les pratiques sociales, la question du « bien vieillir », renvoyée à des déterminants génétiques, biologiques et environnementaux, s’est progressivement muée en impératif organisant les actions en direction de la vieillesse et pesant sur les conduites individuelles, afin d’optimiser l’avancée en âge tant pour les individus que pour la collectivité. Les épidémiologistes ont en effet mis en évidence par une démarche statistique des distinctions entre vieillissements « réussi », « normal » et « pathologique » (Rowe & Kahn, 1997) : le vieillissement est réussi lorsque sont réunies trois composantes : une faible probabilité de maladie ou de handicap lié à une maladie, des capacités physiques et cognitives maintenues à un haut niveau, et un engagement important dans la vie. Les déterminants d’un vieillissement plus ou moins réussi sont alors des facteurs génétiques, le niveau d’éducation, l’activité physique ou encore la confiance en soi, conçus, pour les trois derniers facteurs, comme des propriétés personnelles des individus, et non comme relevant de leurs situations sociales, modelées par leurs trajectoires (Rowe &...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.