Show Less

Le changement en français

Etudes de linguistique diachronique

Series:

Edited By Céline Guillot, Bernard Combettes, Alexei Lavrentiev and Evelyne Oppermann-Marsaux

Les textes réunis dans ce recueil traitent des grands changements qu’a connus le français depuis ses origines, en abordant les différents niveaux de l’analyse linguistique dans une perspective diachronique.
Parmi l’ensemble des phénomènes étudiés, quelques thématiques ont été plus amplement développées : le verbe, dans ses relations à la phrase et ses compléments mais aussi dans sa sémantique aspectuelle et temporelle, l’oral représenté et ses marqueurs spécifiques en diachronie, le très ancien franancien français et le français classique.
Ces recherches présentées lors de la cinquième édition du colloque international DIACHRO (Lyon, octobre 2010) témoignent de l’émergence de problématiques nouvelles dans le champ de la diachronie du français et reflètent la vitalité d’un domaine de recherche aussi actif en France qu’à l’étranger.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Lequel «outil de reprise»: parcours d’un indéfini (Annie Kuyumcuyan)

Extract

Lequel «outil de reprise»: parcours d’un indéfini Annie KUYUMCUYAN, ATILF Nancy-Université & CNRS Parler de «relatif» à propos de lequel, en ce qui concerne ses emplois anciens, est une commodité qui peut cependant masquer une pétition de principe, laquelle consiste comme on sait à tenir pour acquis ce en quoi devrait préci- sément résider l’objet de la démonstration. Une telle catégorisation préa- lable, pour ce qui est d’un mot par ailleurs encore utilisé aujourd’hui dans cette catégorie même, évoque irrésistiblement un fait de réanalyse: une pro- jection rétroactive sur ses emplois originaux à partir de son fonctionnement actuel. Sans vouloir forcer les distinctions à l’intérieur de la classe des pro- noms-adjectifs, à laquelle pour le coup lequel appartient sans aucun doute dès le début, il semble cependant que sa sous-catégorisation plus précise appelle plus ample informé, d’autant que sa carrière linguistique est loin de présenter une trajectoire homogène. Courant, voire pléthorique de la fin du Moyen Age à la Renaissance (Antoine 1958a: 643, Gougenheim 1984: 91), il a quasiment disparu en tant que pronom un siècle plus tard, pour apparaître à l’état sporadique comme déterminant. Son «come-back» toutes catégories confondues à partir du milieu du XXe siècle, relevé aussitôt par les observa- teurs attentifs de l’histoire de la langue (Antoine op. cit.: 329, Touratier 1980: 449 sq) n’en paraît que plus étonnant. Si ce qui définit une unit...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.