Show Less

Le déterminant démonstratif en français et en néerlandais

Théorie, description, acquisition

Series:

Gudrun Vanderbauwhede

Le déterminant démonstratif est courant en français et en néerlandais et ses emplois situationnels, textuels et mémoriels de base se recouvrent dans les deux langues. Malgré ces ressemblances macro-structurelles entre les deux langues, il existe plusieurs différences plus subtiles entre le fonctionnement sémantique du SNdémonstratif en français et en néerlandais, qui sont peu décrites et mal théorisées. De plus, plusieurs de ces dissymétries donnent effectivement lieu à des erreurs chez les apprenants néerlandophones et francophones du français et du néerlandais respectivement.
Cet ouvrage fournit une description contrastive détaillée et nuancée du déterminant démonstratif en français et en néerlandais en L1 et en L2. L’auteur adopte dans ses analyses une démarche interdisciplinaire originale se situant au confluent de la sémantique référentielle, de la linguistique de corpus et de l’acquisition du français et du néerlandais langues étrangères.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

PARTIE III - ACQUISITION: ANALYSE DE CORPUS D’APPRENANTS 223

Extract

PARTIE III ACQUISITION: ANALYSE DE CORPUS D’APPRENANTS Chapitre 6 Les emplois référentiels du SN démonstratif en français et en néerlandais: comparaison L1 – L2 6.0 Introduction Dans ce sixième chapitre, nous faisons la transition vers la partie Contrastive Interlanguage Analysis du modèle de Granger (i.e. native language vs. interlanguage) et étudions les productions réelles d’apprenants du français et du néerlan- dais. Nous déterminons le type d’emploi référentiel de tous les SNdém dans les deux corpus d’apprenants, à savoir le Leerdercorpus Frans (LCF) et le Leer- dercorpus Nederlands (LCN), dans le but de comparer les fréquences relatives des corpus d’apprenants avec celles des corpus L1 et de voir ainsi si certains emplois référentiels sont surreprésentés dans les productions des appre- nants au détriment d’autres emplois, ou, en d’autres mots, s’il y a de grandes différences entre l’usage du SNdém en emploi L2 et en emploi natif. Comme nous l’avons annoncé dans [1.4.4], nous nous servons des deux corpus d’apprenants entiers contenant chacun 500 000 mots pour notre analyse. Contrairement aux corpus L1, dans lesquels chaque texte traite d’un sujet particulier, les corpus d’apprenants incluent des textes qui relè- vent souvent de la même tâche. Il y a, par exemple, 78 textes argumentatifs portant sur le sujet des jeunes délinquants dans LCF. Lors de notre analyse détaillée [6.2], nous vérifierons si ce facteur a un...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.