Show Less
Restricted access

Quel espace pour quel théâtre ?

Approche croisée des dramaturgies française et hispanique (XVIe–XXe siècles)

Series:

Edited By Isabel Ibáñez and Hélène Laplace-Claverie

Le présent ouvrage compare différents traitements de l’espace dramatique et scénique selon une logique diachronique, tout en confrontant deux sphères culturelles à la fois proches et distinctes, voisines et rivales. Il s’appuie sur un corpus « canonique » qui, tout au long d'une période allant du XVIe au XXe siècle, érige progressivement en norme un espace théâtral sémiotisé et ce, en France comme en Espagne. Le théâtre, media de masse efficace, contrôlé quoique intrinsèquement incontrôlable, fut une préoccupation constante pour les pouvoirs publics des deux côtés des Pyrénées. Sur la scène et à sa périphérie gravitent des enjeux sociétaux et politiques fondamentaux pour deux jeunes nations européennes.

Les textes réunis abordent ces questions autour de deux pôles temporellement et esthétiquement opposés : celui de la genèse d'un espace théâtral en voie de normalisation (XVIe–XVIIe siècles) et celui de la consolidation mais aussi de la remise en cause – à travers la notion de hors-scène – du modèle aristotélicien (XIXeXXe siècles).

Show Summary Details
Restricted access

La chambre dans Thérèse Raquin d’Émile Zola : « troisième lieu » et théâtre (dans le théâtre) des passions tragiques (Lucile Carrère)

Extract

Lucile Carrère

Université de Pau et des Pays de l’Adour, CRPHLL

La chambre dans Thérèse Raquin d’Émile Zola : « troisième lieu » et théâtre (dans le théâtre) des passions tragiques

Rappeler pour commencer que le théâtre est un art visuel, puisque le mot vient du grec theaomai signifiant « regarder », peut sembler bien léger. Et pourtant, il est de certaines pièces dont le sens même repose sur leur aspect visuel et leur dimension spatiale. Thérèse Raquin d’Émile Zola est de celles-là. On peut même se demander si ce n’est pas l’importance capitale accordée à l’espace qui a poussé Zola à adapter son roman à la scène. Thérèse Raquin fut jouée pour la première fois le 11 juillet 1873 au Théâtre de la Renaissance. Le traitement de l’espace, et plus précisément de la chambre, concentre tous les enjeux de l’œuvre. C’est paradoxalement dans cette chambre, qui se dérobe sans cesse aux autres personnages comme au spectateur, que se joue l’essentiel de l’action. Il s’agira d’étudier cette chambre comme illustration possible du « troisième lieu », tel que Jacques Scherer l’a théorisé au sujet du Mariage de Figaro de Beaumarchais. Comme l’écrit Scherer,

[…] à plusieurs reprises, les personnages de Beaumarchais se sentent à l’étroit dans les deux lieux qui constituent leur espace scénique normal, et ont besoin pour échapper à quelque difficulté, d’un...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.