Show Less
Restricted access

Quel espace pour quel théâtre ?

Approche croisée des dramaturgies française et hispanique (XVIe–XXe siècles)

Series:

Edited By Isabel Ibáñez and Hélène Laplace-Claverie

Le présent ouvrage compare différents traitements de l’espace dramatique et scénique selon une logique diachronique, tout en confrontant deux sphères culturelles à la fois proches et distinctes, voisines et rivales. Il s’appuie sur un corpus « canonique » qui, tout au long d'une période allant du XVIe au XXe siècle, érige progressivement en norme un espace théâtral sémiotisé et ce, en France comme en Espagne. Le théâtre, media de masse efficace, contrôlé quoique intrinsèquement incontrôlable, fut une préoccupation constante pour les pouvoirs publics des deux côtés des Pyrénées. Sur la scène et à sa périphérie gravitent des enjeux sociétaux et politiques fondamentaux pour deux jeunes nations européennes.

Les textes réunis abordent ces questions autour de deux pôles temporellement et esthétiquement opposés : celui de la genèse d'un espace théâtral en voie de normalisation (XVIe–XVIIe siècles) et celui de la consolidation mais aussi de la remise en cause – à travers la notion de hors-scène – du modèle aristotélicien (XIXeXXe siècles).

Show Summary Details
Restricted access

Jeux de contours et de caches : de quelques exemples d’usage du hors champ dans le cinéma burlesque (Vanessa Loubet-Poëtte)

Extract

Vanessa Loubet-Poëtte

Université de Pau et des Pays de l’Adour, CRPHLL

Jeux de contours et de caches : de quelques exemples d’usage du hors champ dans le cinéma burlesque

Au cinéma comme au théâtre, la mise en scène masque certains espaces. Mais chacun de ces deux arts possède des moyens propres pour organiser ces éléments dérobés aux regards. Un détour par la grammaire spécifique du septième art pourrait donc permettre de mieux cerner, par analogie mais aussi par opposition, le fonctionnement de l’outil dramatique. Pour désigner ce qui correspond aux coulisses du théâtre, le lexique cinématographique dispose du terme « hors-scène », bien qu’il lui préfère « hors cadre ». Ce glissement de la « scène » vers le « cadre » stipule la spécificité du septième art, qui, comme la photographie, opère un découpage du réel par la caméra. Chaque plan est délimité par le cadrage, qui laisse « hors cadre » l’espace du tournage, le matériel, l’équipe technique, l’envers des décors (tout ce qui ne sera jamais visible à l’écran au risque de briser l’illusion filmique) et qui laisse « hors champ » l’univers plus large englobant la fiction. Si le hors champ cohabite perpétuellement avec le champ – leur jonction compose l’univers diégétique –, le hors cadre n’est pas un espace auquel le spectateur pense intuitivement. Il est affaire de technique, d’appareils et suppose...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.