Show Less
Restricted access

En marge des grands: le football en Belgique et en Suisse

Series:

Thomas Busset

Cet ouvrage regroupe une dizaine de contributions qui, pour la plupart, ont été présentées lors d’un colloque qui s’est tenu en février 2017 à l’Université de Neuchâtel. Dans un contexte dans lequel l’emprise économique et sportive des grands championnats nationaux européens ne cesse de s’étendre, les «petits» pays, dont les équipes ont de plus en plus de peine à s’illustrer sur la scène continentale, semblent relégués au rang de faire-valoir. Le monde scientifique reproduit ce déséquilibre en focalisant ses recherches sur les acteurs dominants. Consacrer un colloque et un ouvrage aux footballs belge et suisse traduit la volonté de rompre avec ces approches. Du reste, les deux pays ont joué un rôle éminent dans l’histoire du football européen, et ce, tant au niveau sportif qu’institutionnel. Bien que marginalisés, les championnats belge et suisse attirent chaque week-end des dizaines de milliers de spectateurs dans les stades. A ce titre, ils sont confrontés à de nombreux enjeux quant à leur organisation, au mode de gestion des supporters ou à la lutte contre le racisme et la discrimination, autant d’éléments qui peuvent amener un regard nouveau à la recherche consacrée au football.
Show Summary Details
Restricted access

La Belgique et la Suisse dans la construction du football international (1904-1930) (Paul Dietschy)

Extract

La Belgique et la Suisse dans la construction du football international (1904-1930)

Paul DIETSCHY

Dans sa contribution au livre célébrant les 25 ans de la Fédération internationale de football association (FIFA), le Professeur Rudolf Pelikan, président de la Fédération tchécoslovaque de football se félicite de la place occupée par la FIFA dans les relations internationales. Certes, souligne-t-il, si elle ne procède pas du «principe des nationalités» mais de celui des «Etats» (Pelikan 1929: 85), la fédération internationale n’en contribue pas moins à favoriser le «rapprochement», la «compréhension mutuelle» et même «l’estime» (idem: 87) entre grandes et petites nations. Par l’expression de «petite nations», Pelikan entend surtout les jeunes Etats nés de la Grande Guerre et du règlement de la paix. Il est moins question pour lui de taille que d’ancienneté et de reconnaissance internationale.

En ce sens, la Belgique et la Suisse ne sont pas alors de petits pays. D’abord, parce que l’existence des cantons suisses remonte au Moyen-Âge et que la Confédération helvétique est reconnue par le traité de Vienne en 1815. De même, la Belgique est créée en 1830, à l’aube du mouvement des nationalités, et est devenue l’une des puissances coloniales européennes avant 1914. Sur le plan du football, il en va de même. Dès les années 1880-1890, Suisse et Belgique sont à l’avant-garde de...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.