Show Less
Restricted access

Ferdinand Raimund et le renouvellement de la féerie viennoise

Series:

Fanny Platelle

L’ouvrage étudie la manière dont Ferdinand Raimund (1790-1836) reprend et transforme les conventions de la féerie viennoise, dans le théâtre populaire viennois marqué par de fortes contraintes institutionnelles et dramaturgiques. Il analyse les changements concernant la conception des pièces (recherche d’une alliance adéquate du sérieux et du comique), l’univers surnaturel (reflet des idéaux humains et de leur ébranlement) et le personnage comique (qui devient un modèle moral). Il évalue enfin la réception de ce théâtre et son caractère « populaire ». La prise en compte des manuscrits autographes et la comparaison avec ceux de censure et de théâtre permet une nouvelle approche de l’élaboration des pièces, de leur mise en scène et de leur portée critique.

Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 3 Des Défauts Comiques à L’exemplarité Morale : Fortunatus Wurzel, Rappelkopf Et Hababuk, Valentin Holzwurm

Extract

Dans les féeries « morales », qui mettent en scène les conséquences d’un défaut et la résolution d’un conflit intérieur éloignant un être humain de son rôle dans la vie sociale, la Lustige Figur – Fortunatus Wurzel dans MF, Hababuk dans AM, Valentin Holzwurm dans V – semble plus proche des attentes du public des théâtres des faubourgs. À côté de celle-ci, AM possède un second personnage au fort potentiel comique, dont la conception rappelle plutôt certains protagonistes de Molière : le misanthrope Rappelkopf, interprété par Raimund. Nous l’intégrerons à l’analyse afin d’étudier leur rapport et les implications pour le comique. Dans les féeries « morales », la transformation du personnage comique se poursuit. Approfondi psychologiquement, il connaît une évolution ou accompagne celle du protagoniste, telle une forme de double. En fonction de cette relation, mais aussi de l’influence des allégories et des puissances surnaturelles, sa place est plus ou moins importante et son rôle dramatique plus ou moins actif (Raimund parvenant dans V, comme dans UK, à combiner sa dramaturgie de la féerie avec le rôle de « meneur de jeu »). Le comique et le sérieux ayant tous deux leur source dans les caractères ou les situations, selon des modalités que l’analyse s’attachera à préciser, la nature du comique et l’effet produit par celui-ci changent, entraînant une relation nouvelle au spectateur. Dans ces pièces, le personnage comique devient le support de la transmission des...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.