Show Less

Devadattīyam

Johannes Bronkhorst Felicitation Volume

Series:

Edited By François Voegeli, Vincent Eltschinger, Danielle Feller, Maria Piera Candotti, Bogdan Diaconescu and Malhar Kulkarni

Johannes Bronkhorst, professor of Sanskrit and Indian Studies at the University of Lausanne, Switzerland, from 1987 to 2011, undoubtedly belongs to the most talented and significant indologists of the last three decades. His abundant work testifies to an unparalleled range of interests from early Buddhism to grammar, mathematics to asceticism, philosophy to archaeology, and is characterized by the determination to challenge preconceived ideas, clichés and traditional (mis)constructs.
The present felicitation volume includes thirty-two essays by some of the finest scholars in the field of indology, which reflect Johannes Bronkhorst’s main scholarly contributions: Grammar, Philosophy, Vedic Studies, Buddhism and Jainism, Dharmaśāstra and Arthaśāstra, Epics and Purāṇas. It presents an almost complete spectrum of the intellectual and spiritual pursuits and speculations in Ancient India, and will be of inestimable value to the specialists of all fields of Indology. The volume also includes a presentation of Johannes Bronkhorst’s academic career and contribution to Indian Studies by Jan E.M. Houben, and an ongoing bibliography of his work.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

DHARMAŚĀSTRA AND ARTHAŚĀSTRA

Extract

CHARLES MALAMOUD Imagination, croyance et gouvernement des hommes Note sur l’Arthaśāstra Quelle est la place de l’imagination dans le Traité de Kauṭilya1 ? La question est double. On demande d’une part si l’auteur de l’Arthaśāstra a recours à l’imagination, fait preuve d’imagination en composant son ou- vrage et d’autre part si le roi, à qui sont destinées les instructions de Kau- ṭilya2, tient compte de l’imagination des êtres auxquels il a à faire, ses sujets, ses adversaires, sa propre personne. Avant de tenter d’y répondre, il faut s’interroger sur le statut de cette question. L’imagination est-elle un thème de l’Arthaśāstra ? Cet aspect de la vie de l’esprit est-il explicitement pris en considération dans ce texte ? Il faut bien constater d’abord qu’aucun des différents termes sanscrits rendus en français (ou en anglais) par « imagination » (ou par les équivalents, approximatifs, bien entendu, d’ « imagination » dans les 1 Le titre Arthaśāstra est rendu parfois par « Traité de Politique » : ainsi KALYANOV, DAMBUYANT, SCHARFE. « Politique » peut rendre le terme nīti « conduite », la « conduite » étant en effet le sujet de cet ouvrage (comment le roi doit conduire ses sujets, comment il doit se conduire, il est un net, son action est un naya, il se forme et forme ses sujets au vinaya): mais on ne trouve pas à l’arrière-plan de la nīti du roi l’équivalent de la polis qui est, en principe tout au moins, le cadre de la « politique ». En outre un des traits caract...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.