Show Less

Le sens du plaisir

Des synesthésies proustiennes

Series:

Marisa Verna

Ce livre vise à identifier le rôle esthétique de la synesthésie dans l’œuvre de Marcel Proust. Souvent méconnue à l’avantage de la métaphore, la synesthésie est en effet une donnée cruciale de l’écriture proustienne, qui se veut une reconstitution du sens à travers les sens, un accès corporel à la connaissance. Tout en tenant compte de l’apport des sciences médicales et anthropologiques, la synesthésie est considérée dans cet ouvrage selon sa définition linguistique et rhétorique. Dans l’analyse du texte proustien, le fil rouge du parcours du héros vers la vocation artistique a été privilégié en raison de l’importance du croisement sensoriel dans cet aspect de l’œuvre. L’apport de la philosophie contemporaine, notamment des réflexions de Merleau-Ponty sur la Recherche est considéré comme particulièrement important pour comprendre la dimension ontologique des données sensorielles dans l’écriture proustienne. Deux appendices clôturent le volume et rendent compte de l’ensemble des occurrences synesthésiques dans la Recherche.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Conclusions 141

Extract

141 Conclusions Première conclusion. Merleau-Ponty En 1954, Merleau-Ponty tint au Collège de France un cours consacré au Problème de la parole ; Proust et son écriture suscitèrent en particulier sa réflexion344. En effet, Proust est, selon le philosophe, l’auteur d’une théorie du langage et d’une pratique « concordante » : d’un langage appe- lant, contenant le sensible : Le sensible, dans son surgissement, ouvre sur ce qu’il n’est pas, est appel, appel à l’expression. C’est la réponse à un tel appel que l’écriture doit prendre en charge. La vérité de l’expérience sensible demeure insuffisante en effet. L’appel du sensible est non seulement appel à l’expression, il est appel à « une fixation, description, transcription des choses, des autres exactement tels qu’ils lui appa- raissent, de leur contact avec eux, sans introduire contenu notionnel […]. Be- soin de fixer, conquérir par les mots le contact muet »345. 344 Cf. F. Robert, « Ecriture et Vérité », Revue Internationale de Philosophie, 244, 2008/2, p. 149-166. Nous citons d’après la version en ligne (). L’article est consacré aux cours tenus par Merleau-Ponty au Collège de France en 1952-1953 : Le monde sensible et l’expression, et Recherche sur l’usage littéraire du langage. Le critique cite dans son travail les Résumés (Résumés de cours, Collège de France 1952-1960), Paris, Gallimard, 1968, p. 11-21 pour le premier, et p. 22-30 pour le second), et les Notes de Cours au Collège de France (1952-1954), cours inédit, Volume XII des archives...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.