Show Less

Prendre la parole en L2

Regard sur la compétence d’interaction en classe de langue

Series:

Evelyne Berger

Par quels moyens parvient-on à prendre la parole et à rebondir sur les propos d’autrui ? Comment peut-on obtenir et garder l’attention des autres participants dans un échange compétitif ? Comment manifeste-t-on une opinion divergente face à son interlocuteur ? Participer à une conversation requiert de prendre la parole au bon moment, tout en enchaînant de façon cohérente sur le fil de la discussion. Cet ouvrage examine ce phénomène auprès d’apprenants de langue seconde dans le contexte du travail en groupe. La recherche se base sur un corpus d’interactions authentiques enregistrées en classe de français L2, à l’école secondaire obligatoire en Suisse. Elle identifie les ressources linguistiques, prosodiques et non-verbales servant à la prise de parole. Les pratiques décrites témoignent d’une compétence d’interaction en développement. L’ouvrage offre également un tableau détaillé des modalités d’interaction du travail en groupe. Il interroge ainsi les opportunités de participation et d’apprentissage de la L2 qu’offre ce dispositif pédagogique.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

8 Contexte et modes de participation

Extract

177 8. Contexte et modes de participation 8.1 Introduction Le travail en groupe a été mis en place dans le but de créer un environ- nement favorable au développement de compétences communicatives en L2 en offrant des conditions d’interaction plus flexibles qu’en classe entière, laquelle est souvent critiquée pour une gestion de la participa- tion des élèves selon une structuration hautement routinisée. Cependant, loin de constituer un contexte communicatif homogène, les travaux en groupe donnent lieu à d’innombrables pratiques discursives qui peuvent parfois rendre toute tentative de généralisation difficile. La recherche sur le travail en groupe s’est beaucoup concen- trée sur l’efficacité du dispositif pédagogique, mais n’a prêté que peu d’attention aux dynamiques interactives en jeu et la manière dont ces dynamiques agissent sur les processus acquisitionnels (Kumpulainen/ Mutanen 1999). Ces dynamiques affectent pourtant la manière dont la tâche est accomplie (Seedhouse 2005). Même si la tâche est la même, les processus interactifs peuvent s’avérer très différents d’un groupe à l’autre (cf. Hellermann/Pekarek Doehler 2010 ; Pochon-Berger 2009), voire même, l’engagement dans la tâche peut varier d’un individu à un autre au sein du même groupe (cf. Hellermann/Pekarek Doehler 2010). La manière dont est interprétée la tâche et la situation, les expertises et les compétences des participants, les relations interpersonnelles, et même la personnalité des individus, sont autant de paramètres qui inter-...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.