Show Less
Restricted access

Corps écrit, corps écrivant

Le corps féminin dans les littératures francophones des Amériques

Series:

Christine K. Duff and Claudia Labrosse

Cet ouvrage vise à cerner la place qu’occupe le corps féminin dans la production littéraire francophone des Amériques et des Caraïbes en invitant chacun(e) de ses auteur(e)s à s’interroger sur le topos que constitue la chair féminine dans l’écriture fictionnelle. Il est clair que le corps, pour les femmes, est bien un lieu à partir duquel écrire, mais en lui s’inscrivent aussi les enjeux d’une société, d’une culture et d’une poétique. L’écriture du corps féminin, qu’elle définisse la position d’un sujet-corps dans la narration ou l’ensemble de ses représentations textuelles, se transforme-t-elle en fonction de variables comme l’emplacement géographique, la période historique, le cadre socio-culturel (pouvant être marqué par l’expérience de l’esclavagisme dans les Caraïbes ou encore la répression de l’Église catholique dans le contexte canadien français) ? Conserve-t-elle, en dépit de tout, des éléments communs ? Voici les questions auxquelles il devient possible de répondre à la lecture des douze articles colligés dans ce collectif réunissant des chercheur(e)s d’origines diverses.
Show Summary Details
Restricted access

Vers la visibilité du corps dans l’écriture : les écrits féministes des années 1970

Extract



Patricia SMART

Lorsque j’ai été invitée à participer à cet ouvrage collectif, j’ai pensé tout de suite à l’enchaînement entre les générations de femmes, d’étudiantes et de chercheures et au fait qu’un retour aux origines du concept de « l’écriture du corps » dans les textes féministes des années 1970 serait peut-être une bonne façon d’aborder le sujet du « corps écrivant ». Il y aura sans doute un brin de nostalgie dans mes propos, car j’ai vécu ces années et leurs principaux événements à côté des écrivaines québécoises dont je vais vous parler, formant des amitiés et des solidarités qui persistent encore aujourd’hui. Mais il y aura aussi un peu de regret; car ces moments lumineux et pleins d’espoir, où nous étions sûres d’être engagées dans une révolution telle qu’on n’en avait jamais vu auparavant – car il s’agissait du dynamitage de tout le système langagier et symbolique qui soutenait la culture – et ces textes traversés par une colère, une jouissance et une conscience de femmes nouvelles-nées, me semblent maintenant relégués aux étagères poussiéreuses de l’histoire littéraire, sinon carrément oubliés. Mais peut-être pas complètement oubliés, à bien y penser… Car sans les découvertes et les audaces de ces écrivaines féministes en France et au Québec, serions-nous aujourd’hui en train de débattre des questions soulevées...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.