Show Less
Restricted access

L’arme biologique japonaise, 1880–2010

Réalités historiques et anatomie de la mémoire

Arnaud Doglia

L’arme biologique est développée et utilisée par le Japon entre les années 1920 et 1945. Figure de proue de ce programme, l’Unité 731 sera jusqu’à la fin de la guerre le noyau d’un réseau d’unités de guerre bactériologique et chimique responsable d’innombrables atrocités et d’expériences médicales. Les origines de cet armement remontent pourtant aux années 1880. Quels présupposés scientifiques et idéologiques ont pu décider de l’institutionnalisation d’un tel projet ? Que sont ensuite devenus les maîtres d’œuvre de ces recherches ? Cet ouvrage montre comment la majorité des participants se murent dans le silence après 1945, et pourquoi les principaux scientifiques responsables se réinventent comme des pionniers à la fin de la guerre, totalement dénués de remords. Pourtant, dans le Japon de l’après-guerre qui tourne le dos au militarisme, certaines voix s’élèvent pour relater la mise en place bureaucratique d’institutions et la pratique expérimentale et militaire faite sur certaines populations. Ces discours certes diffus mais continus amèneront les Japonais à découvrir les véritables activités de l’Unité 731.
Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 2 : Naissance et systématisation de l’arme bactériologique au Japon

Extract



Parmi tous les scientifiques qui se sont installés dans ce soi-disant eldorado mandchou, Ishii Shirō fait figure de pionnier et surtout d’emblème. Directeur principal du projet bactériologique japonais, il est représentatif de l’état d’esprit de la grande majorité de ses confrères. Aujourd’hui encore, il incarne pour beaucoup l’ensemble du programme de recherche. Il est vu comme un « génie du mal », ne faisant qu’un avec l’arme à laquelle on l’associe. Suit donc une tentative de déconstruction sommaire du mythe « Ishii », ainsi que l’exposé des principales étapes de l’instauration des camps d’expériences et de fabrication. Il s’agit de démontrer que toutes les responsabilités n’incombent pas au seul Ishii, mais incriminent un système au sein duquel évolue la majorité de l’élite scientifique japonaise.

Ishii Shirō : le produit d’une « période anormale » ?

Ishii est régulièrement présenté comme un personnage haut en couleurs. Si son intelligence hors du commun est mise en avant par les différents ouvrages qui lui sont consacrés, il est le plus souvent décrit à travers ses excès et déviances, le prédisposant ainsi à la folie ou au mal absolu. Ces traits de caractère correspondent bien opportunément à l’initiateur d’un programme de recherche sur des cobayes humains. Ce procédé est fréquemment employé pour entourer un sujet de mystère et le rendre plus « accrocheur », mais il décontextualise et déshumanise surtout un sujet...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.