Show Less
Restricted access

« Tout le talent d'écrire ne consiste après tout que dans le choix des mots »

Mélanges d'études pour Giuseppe Bernardelli

Enrica Galazzi, Marisa Verna and Maria Teresa Zanola

Depuis les années 1960, maintes générations d’étudiant(e)s et de nombreux collègues ont pu apprécier les qualités humaines et scientifiques de Giuseppe Bernardelli. Ce volume d’hommage se propose comme une preuve d’un dialogue toujours vivant, sur les deux côtés de la littérature et de la linguistique, autour de cette passion pour « les mots », manifestée par l’enseignement et par les études que Bernardelli a toujours menées avec finesse et acribie. D’où le titre de ces mélanges : « Tout le talent d’écrire ne consiste après tout que dans le choix des mots » (Gustave Flaubert, À Louise Colet, 22 juillet 1852)
Show Summary Details
Restricted access

Le débat critique contemporain sur le lyrisme en France et en Italie

Extract



1.Un aperçu historique

Le lyrisme se manifeste dans la modernité française autour de 1830 « au moment où le romantisme triomphant accomplit l’identification de la poésie à la lyrique »1. Ce rapport au romantisme a autorisé certains de ses détracteurs à n’y voir qu’une exaspération sentimentale confiée au chant, ce qui est vrai pour ses excès, alors qu’en effet la posture lyrique désigne plutôt, sur le plan linguistique et élocutif, la tonalité singulière du style et la chaleur de l’éthos d’une éloquence : «Lyrique est un terme qui s’applique à une catégorie d’œuvres, ainsi qu’aux formes qui les caractérisent, tandis que lyrisme désigne à la fois le ‘caractère’ d’un style (emporté, véhément, sublime) et la chaleur ou l’enthousiasme que manifeste un orateur […] le lyrisme consiste à élever la voix en même temps qu’à élever le style »2.

Le lien avec la musique étant étymologiquement témoigné par le mot lyre, instrument d’Orphée, qui renvoie à l’origine chantée et orale de la poésie dans le monde antique, c’est donc à la voix que le lyrisme confie sa fonction première d’articuler la parole pour qu’elle exprime, à travers toutes les ressources vocales et intonatives, le rapport entre l’intériorité du poète et le monde auquel il s’adresse. C’est bien à la lisière du dedans et du dehors que se situe l’espace lyrique, qui s’offre au mot, au phrasé de la diction, mais...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.