Show Less
Restricted access

« Tout le talent d'écrire ne consiste après tout que dans le choix des mots »

Mélanges d'études pour Giuseppe Bernardelli

Edited By Enrica Galazzi, Marisa Verna and Maria Teresa Zanola

Depuis les années 1960, maintes générations d’étudiant(e)s et de nombreux collègues ont pu apprécier les qualités humaines et scientifiques de Giuseppe Bernardelli. Ce volume d’hommage se propose comme une preuve d’un dialogue toujours vivant, sur les deux côtés de la littérature et de la linguistique, autour de cette passion pour « les mots », manifestée par l’enseignement et par les études que Bernardelli a toujours menées avec finesse et acribie. D’où le titre de ces mélanges : « Tout le talent d’écrire ne consiste après tout que dans le choix des mots » (Gustave Flaubert, À Louise Colet, 22 juillet 1852)
Show Summary Details
Restricted access

Sur la prosopopée dans Les Fleurs du Mal

Extract

1

La poésie des Fleurs du mal est fondée sur l’interpellation à l’autre, sur l’échange des tessitures orales, sur le dynamisme des voix qui met en scène une poésie « dramatique » dans son sens étymologique2. Cette écriture poétique qui est, d’une façon presque spontanée, une poésie de l’ « interlocution » comme l’a définie John E. Jackson3, inscrit tout au long de son architecture textuelle une série de références, explicites ou implicites, aux traits de l’échange oral. Des signes typographiques marquant le début et la fin de l’échange conversationnel aux impératifs, qui comptent parmi les vocal enactments très clairement désignés comme Helen Abbott l’a souligné4, le dialogisme des Fleurs du mal se nourrit aussi de représentations plus subtiles, comme le glissement d’un pronom personnel à un autre (« tu », « vous »), l’apostrophe et la personnification.

En s’appuyant sur le goût de Baudelaire pour les majuscules, qui correspondrait à la démarche du poète vers l’abstraction et la métaphorisation, Giuseppe Bernardelli a signalé que Baudelaire multiplie les personnifications surtout dans ses derniers textes, lorsque la thématique du spleen l’emporte sur les poèmes les plus lumineux, concernant l’idéal5. En ← 113 | 114 → dialoguant avec ses suggestions, dans cette contribution on analysera un aspect de cette poésie interlocutoire, en proposant quelques exemples de prosopopée que l’on trouve dans Les Fleurs du mal : si l’interlocuteur du poète est...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.