Show Less
Restricted access

Perverse Identities

Identities in Conflict

Series:

Edited By Flocel Sabate

The urgent need for the study of exclusive identities in conflict is ever more apparent in a globalizing world in which societies are becoming multicultural and complex and in which inter-cultural contact and the co-existence of languages and cultures comes increasingly to bear on the construction of plural identities. The present book considers perversion in the construction of identity and the perverse usage of identity in areas such as social cohesion – xenophobia, racism, ostracism, rejection, ageism, marginalisation – and the mismanagement of linguistic identity, language groups and associated discriminatory practise arising out of historical and culturally based discrimination. The texts were submitted in an international meeting held in the Institute for Identities and Societies of the University on Lleida (Catalonia, Spain) in November 2012.
Show Summary Details
Restricted access

Vous dites Fantômas ? Dynamique sérielle et identités perverses

Extract

Matthieu LETOURNEUX

Université Paris Ouest Nanterre La Défense

On le sait, depuis Rodolphe dans Les Mystères de Paris, puis Les Habits noirs de Paul Féval et le Rocambole de Ponson du Terrail, la littérature populaire a toujours été friande d’identités d’emprunt. De tous les êtres fuyants qu’elle a affectionnés Fantômas est sans doute celui qui a poussé le plus loin cette logique. Différents chercheurs se sont d’ailleurs penchés sur cet aspect, à l’instar de Jean-Claude Vareille, dans un article essentiel1, ou de Didier Blonde dans son essai sur Les Voleurs de visages2. Rappelons que dans la série de 32 romans écrite par Pierre Souvestre et Marcel Allain entre 1911 et 1913, le génie du crime adopte au moins 33 identités successives, et ses adversaires, Juve et Fandor, onze chacun, sans compter les identités d’emprunt de Lady Beltham, d’Hélène et de Vladimir3.

Etant à peine pourvu d’une identité propre, Fantômas ne cesse de s’en créer de nouvelles, ou de les voler à ses victimes. Lui qui est en réalité Gurn, abandonne dès le premier volume ce nom pour celui de Fantômas. Il devient, au fil des romans, Etienne Rambert (sa première identité, dérobée au père de Fandor, son ennemi juré), l’apache Loupart, Tom Bob, le père Moche, le Banquier Nanteuil, le forain Barzum ou encore Juve… Et ce ← 201 | 202 → n’est qu’une petite...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.