Show Less
Restricted access

Les Fenians d’Irlande

Une lecture du nationalisme révolutionnaire irlandais

Sophie Ollivier

Cet ouvrage met en lumière le rôle joué par l’organisation révolutionnaire feniane, appelée Irish Republican Brotherhood (IRB), depuis sa création en 1858 jusqu’à sa dissolution en 1924. Après un survol de l’histoire de l’île, depuis l’Irlande libre jusqu’à son asservissement par l’Angleterre, un premier volet concerne l’insurrection des « Irlandais-Unis » (1798) et celle des « Jeunes-Irlandais » (1848). Ce sont des jalons qui mènent aux Fenians. A partir du chapitre III, l’auteur retrace les différentes étapes des luttes des nationalistes révolutionnaires fenians pour conquérir l’indépendance de l’Irlande et analyse l’impact des deux insurrections qu’elle a organisées, en 1867 et en 1916. Un second volet présente diverses facettes du fenianisme : ses rapports avec les sociétés agraires, l’Église catholique et les mouvements révolutionnaires de l’époque en Europe, sa passion des commémorations, sa conception de la révolution à travers les écrits de certains de ses chefs, de Yeats et de Seán O’Casey, et enfin son républicanisme. Les révisionnistes rejettent la vision héroïque des luttes révolutionnaires fenianes.
Show Summary Details
Restricted access

Chapitre VI: Pâques sanglantes

Extract

← 94 | 95 → Chapitre VIPâques sanglantes75

« England’s difficulty is Ireland’s opportunity »

L’IRB semble être dans une position de faiblesse. Elle ne compte que 2000 membres en 1914. Les effectifs avaient en effet baissé de façon spectaculaire. En 1912, il y avait 1660 membres en Irlande et 367 en Grande-Bretagne alors qu’en 1879 il y en avait 3000 en Irlande et 11 000 en Grande-Bretagne. Mais la guerre galvanise l’organisation. Fidèle à sa devise, « England’s difficulty is Ireland’s opportunity », l’IRB décide le déclenchement d’une insurrection avant la fin de la guerre. L’initiative en revient au Clan na Gael. En août 1914, un Comité spécial de l’organisation américaine avait fait savoir à l’ambassadeur d’Allemagne à New York qu’une insurrection se préparait et que les Irlandais avaient besoin d’une aide militaire. Cette nouvelle fut communiquée en Irlande. Le Conseil suprême décida qu’il y aurait une insurrection, mais qu’elle aurait lieu même si les Allemands n’apportaient pas leur aide.

La scission au sein des Irish Volunteers

Le désaccord au sein des Irish Volunteers éclate au grand jour lorsque, le 20 septembre 1914, à Woodenbridge, dans le comté de Wicklow, John Redmond leur demande de s’enrôler dans l’armée britannique. Dans son discours impromptu, il sut parler au cœur des Irlandais : « La guerre a été entreprise, déclara-t-il, pour défendre les plus hauts principes de la ← 95 | 96 → religion, de la moralité et du droit,...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.