Show Less
Restricted access

Migrations et mobilités en Europe

Politiques publiques et perspectives d’intégration (1992-2012)

Series:

Edited By Paul Lees, Stéphanie Couderc-Morandeau and Pilar Martinez-Vasseur

Cet ouvrage, issu d’un programme de recherche pluridisciplinaire, traite des phénomènes migratoires au sein de l’Europe depuis 1992, et des politiques publiques mises en œuvre par les différentes instances politiques aux niveaux européen, national et local. Les disparités qui existent d’un pays à l’autre dans les modes d’intégration des immigrants soulèvent des questions sur le sens de la citoyenneté et sur les conséquences de ces disparités sur le couple citoyenneté-identité. L’analyse de ces politiques migratoires nous mène à la question sous-jacente du rôle et de l’évolution de l’Union européenne : est-t-elle génératrice de solidarités et/ou de nouvelles formes d’appartenance ? Quelle citoyenneté européenne propose-t-elle ? Finalement, c’est peut-être, plus qu’ailleurs, au niveau régional et local que l’on peut observer une « appropriation de la dimension européenne », en dépit du silence des traités fondateurs à leur sujet et de la diversité des situations dans les différents pays. Les réponses à ce foisonnement de questions se fondent sur des études comparatives et internationales à tous les niveaux, du local au supranational, ce qui fait la richesse et l’originalité de l’ouvrage.
Show Summary Details
Restricted access

Les politiques migratoires au Royaume-Uni : le point de vue divergent de l’Ecosse depuis 1999: Annie Thiec

Extract

Annie THIEC, CRINI, Université de Nantes

Depuis 1999 l’Ecosse dispose d’un parlement mis en place dans le cadre du programme de dévolution instauré par le Gouvernement britannique de Tony Blair au lendemain de la victoire du Parti travailliste aux élections législatives du mois de mai 1997, programme qui a également conduit à la création d’assemblées au pays de Galles et en Irlande du Nord. Dans le cas de l’Ecosse, le projet de dévolution avait pour principal objectif de rétablir la légitimité du mode de gouvernement de l’Ecosse dans le cadre constitutionnel du Royaume-Uni. De plus en plus contestée au fil des dix-huit années de gouvernement conservateur, le parti porté au pouvoir à Londres ayant recueilli en Ecosse au mieux un peu moins d’un tiers des suffrages exprimés aux élections législatives de 1979, et un quart seulement en 19921, cette légitimité fut vivement remise en question à partir du début des années 1990 par les trois partis d’opposition en Ecosse, travailliste, nationaliste, et libéral-démocrate, et plus généralement par l’opinion publique écossaise.

La loi votée par le Parlement de Westminster et instaurant le nouveau Parlement écossais (Scotland Act 1998), en établissant la liste des domaines réservés au Parlement britannique, semblait souligner l’étendue des pouvoirs transférés à Edimbourg et pouvait donner à penser que tandis que le gouvernement central à Londres conservait le contrôle des domaines réservés, la...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.