Show Less
Restricted access

Des personnages et des hommes dans la ville

Géographies littéraires et sociales

Sylvie Freyermuth and Jean-François Bonnot

Les diverses facettes de la ville se donnent à voir non seulement à travers les travaux des sociologues, des historiens, des géographes, mais également à travers la littérature. En croisant ces approches, les auteurs renouvellent l’éclairage critique des notions de lieu et de non-lieu, d’habitable et d’inhabitable, d’entre-soi, de désaffiliation, ou encore d’errance. Cette approche de l’urbain fait appel aux données de la mémoire orale et s’ancre dans une histoire des traces, dans l’infra-historique et dans les représentations de la spatialité intime. La première partie du livre réévalue la place de l’individu dans les conurbations industrielles et postindustrielles. La deuxième est consacrée à l’examen des réseaux urbains et à la mise en perspective littéraire de quartiers emblématiques, alors que la troisième traite des processus « d’infection » et de « contamination » à l’œuvre dans les centres urbains et analyse les mécanismes d’innovation et de blocage sociaux et linguistiques. Dans la quatrième partie, sont examinées les frontières symboliques et la déconstruction du tissu social traditionnel dans le Montbéliard des années soixante, de même que les destinées d’un groupe d’ouvriers dans la vallée du Doubs en voie d’industrialisation ; enfin, un fait-divers criminel exemplaire éclaire les modalités de la cohabitation houleuse entre sédentaires et gens du voyage dans la seconde moitié du siècle industriel.
Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 10: Innovations et identité : Diffusion et blocage du changement

Extract

On a vu que les quartiers avaient un effet magnétique sur de larges fractions de la population, essentiellement sur les strates les plus jeunes. En témoigne le succès de certains groupes de rap qui portent les couleurs des cultures périphériques, ou encore l’uniformisation vestimentaire inspirée de l’habitus des banlieues et rapidement récupérée et transformée en phénomène de mode par les marques de vêtements sportifs. Au-delà d’un phénomène de contagion gestuelle et surtout verbale qui s’apparenterait à une mode passagère, on est fondé à postuler un foyer de changement linguistique durable. En effet, on a affaire à un ensemble d’indices, en voie de devenir des marqueurs, au sens labovien, susceptibles de prendre des valeurs stylistiques (Labov, 1976, pp. 231-256), et entraînant un ensemble de modifications permanentes, particulièrement au plan phonétique segmental et suprasegmental. Au moment où les dialectes et langues régionales sont dans une position très défensive et où les patois ont totalement disparu, les caractéristiques phoniques de ce que l’on appelle « l’accent des banlieues1 » pourraient rapidement se diffuser et dans une première phase se superposer, puis dans un second temps se substituer aux français régionaux, eux aussi en difficulté, du fait du « nivellement » plus ou moins avancé des variétés. Bonnot et Petey-Hache ont montré il y a une vingtaine d’années que ces variétés étaient déjà largement en voie de déstabilisation...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.