Show Less
Restricted access

Prendre la parole en L2

Regard sur la compétence d’interaction en classe de langue

Series:

Evelyne Berger

Par quels moyens parvient-on à prendre la parole et à rebondir sur les propos d’autrui ? Comment peut-on obtenir et garder l’attention des autres participants dans un échange compétitif ? Comment manifeste-t-on une opinion divergente face à son interlocuteur ? Participer à une conversation requiert de prendre la parole au bon moment, tout en enchaînant de façon cohérente sur le fil de la discussion. Cet ouvrage examine ce phénomène auprès d’apprenants de langue seconde dans le contexte du travail en groupe. La recherche se base sur un corpus d’interactions authentiques enregistrées en classe de français L2, à l’école secondaire obligatoire en Suisse. Elle identifie les ressources linguistiques, prosodiques et non-verbales servant à la prise de parole. Les pratiques décrites témoignent d’une compétence d’interaction en développement. L’ouvrage offre également un tableau détaillé des modalités d’interaction du travail en groupe. Il interroge ainsi les opportunités de participation et d’apprentissage de la L2 qu’offre ce dispositif pédagogique.
Show Summary Details
Restricted access

4. Concevoir et étudier la compétence d’interaction

Extract

← 56 | 57 →

4.   Concevoir et étudier la compétence d’interaction

4.1   Vers une compétence d’interaction

4.1.1   La compétence communicative de Hymes et ses limites

La recherche en linguistique a longtemps été dominée, et l’est d’ailleurs encore à l’heure actuelle, par une vision cognitiviste de la compétence en langue inspirée notamment par les travaux de Noam Chomsky (p.ex. Chomsky 1965). Dans cette perspective, la compétence s’oppose à la performance. La compétence consiste en un dispositif biologique localisé dans le cerveau humain dès la naissance et composé de principes abstraits permettant de produire un nombre infini d’énoncés formellement corrects. La performance consiste en la mise en œuvre concrète de ce savoir grammatical. L’être humain étant ‘imparfait’ de nature, la performance est entachée d’erreurs dues, par exemple, à des problèmes de traitement cognitif (mémoire, attention) et ne rend compte que partiellement de la compétence.

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.