Show Less
Restricted access

Laïcités et musulmans, débats et expériences

(XIXe-XXe siècles)

Series:

Amin Elias, Augustin Jomier and Anais-Trissa Khatchadourian

L’islam est-il compatible avec la laïcité ? Ce type de questions est récurrent – l’actualité nous le rappelle sans cesse. Et nombreux sont ceux qui y répondent par la négative. Issu d’un colloque de jeunes chercheurs organisé en janvier 2012 à l’Université du Maine, cet ouvrage expose à l’inverse la variété des rapports qu’entretiennent les acteurs musulmans avec la laïcité, dans toutes ses formulations. Cette variété de relations est ici envisagée dans le temps long et en différents espaces (Europe occidentale, Balkans, Proche-Orient, Afrique du Nord, Inde …), ce qui met à jour des perspectives originales et des débats méconnus en France. Les contributions rassemblées montrent ainsi combien la laïcité est un concept en mouvement, sujet à de nombreuses interprétations et mobilisé dans des perspectives variées. Ces infi nies combinaisons intellectuelles et politiques entre musulmans et laïcités convaincront de la nécessité de cesser d’opposer terme à terme des concepts dont le sens est insaisissable hors de la parole des acteurs.
Show Summary Details
Restricted access

Critique de la laïcité et esquisse d’une société islamique pluraliste : la vision politique du cheikh Shams al-Dîn au Liban

Extract

CONSTANCE ARMINJON

Critique de la laïcité et esquisse d’une société islamique pluraliste : la vision politique du cheikh Shams al-Dîn au Liban

Quelques années après le début de la guerre civile, le cheikh Muhammad Mahdî Shams al-Dîn, vice-président du Conseil supérieur chiite1, publia un vigoureux réquisitoire contre l’instauration de la laïcité au Liban. Loin d’être seulement un thème de débat, l’établissement d’un régime laïc constituait l’un des enjeux politiques du déclenchement du conflit libanais. Rassemblés dans le Mouvement national libanais, plusieurs partis et groupes réclamaient l’établissement d’un régime laïc. Dans son programme Pour une réforme démocratique du régime politique au Liban, le Mouvement national avait revendiqué en 1975 à la fois l’abolition du confessionnalisme politique et l’introduction de la laïcité : « Les partis progressistes considèrent donc que l’abolition du confessionnalisme dans les textes constitutionnels, juridiques et administratifs ainsi que dans la réalité politico-sociale, est un des buts essentiels de leur lutte en cette phase de l’évolution du pays. Cela afin de parvenir à la laïcisation totale du système2 […] ». S’il préconisait également ← 61 | 62 → l’abolition du confessionnalisme au Liban, le cheikh Shams al-Dîn s’opposait à l’adoption de la laïcité. Dans son ouvrage sur La Laïcité3, il présenta celle-ci comme un principe étranger à l’islam : à partir d’une relecture de l’histoire, il conclut à l’inadéquation de la...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.