Show Less
Restricted access

L’Empreinte de la Bible

Récritures contemporaines de mythes bibliques en littérature de jeunesse

Series:

Danièle Henky

La Bible fut un réservoir d’histoires à destination des enfants dès le Moyen Âge en Occident. Aujourd’hui, on puise toujours dans la Genèse ou dans le Nouveau Testament, actualisant des textes fondateurs, afin de les intégrer dans des livres pour la jeunesse. Parodiée, commentée, réinterprétée, la Bible continue de s’offrir comme une sorte de grand vivier de mythes littéraires auquel l’écrivain, qu’il soit croyant ou non, ne se prive pas de recourir.
L'étude des écarts entre le texte originel et sa récriture, pratiquée ici essentiellement à partir d’un corpus d’ouvrages francophones, témoigne des mouvements qui affectent la culture du temps et permet de pointer la manière de faire des auteurs, les effets produits sur l’ouvrage réalisé comme sur le mythe lui-même. Elle révèle aussi la dynamique du mythe biblique à l’œuvre dans les textes destinés aux jeunes et esquisse, parallèlement, une réflexion sur l’évolution de la jeunesse entre héritage et questionnements dans un contexte culturel en constante évolution.
Show Summary Details
Restricted access

Annexes

Extract

11. Au commencement Dieu créa le ciel et la terre, 2. Or la terre était vide et vague, les ténèbres couvraient l’abîme, un vent de Dieu tournoyait sur les eaux.

3.Dieu dit : « Que la lumière soit » Et la lumière fut. 4. Dieu vit que la lumière était bonne. Dieu sépara la lumière des ténèbres. 5. Dieu appela la lumière « jour » et les ténèbres « nuit ». Il y eut un soir, il y eut un matin : premier jour.

6.Dieu dit : « Qu’il y ait un firmament au milieu des eaux et qu’il sépare les eaux d’avec les eaux » 7. Dieu fit le firmament et il sépara les eaux inférieures au firmament d’avec les eaux supérieures. Il en fut ainsi. 8. Dieu appela le firmament « ciel ». Il y eut un soir, il y eut un matin : deuxième jour.

9.Dieu dit : « Que les eaux qui sont sous le ciel s’amassent en une seule masse et que le continent paraisse » Il en fut ainsi. 10. Dieu appela le continent « terre » et il appela « mer » la masse des eaux. Dieu vit que cela était bon.

11.Dieu dit : « Que la terre se couvre de verdure, d’herbe portant semence et des arbres fruitiers donnant sur la terre selon leur espèce des fruits ayant en eux-mêmes leur semence. » Il en fut ainsi. 12. La terre produisit de la verdure, des herbes...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.