Show Less
Restricted access

L’Empreinte de la Bible

Récritures contemporaines de mythes bibliques en littérature de jeunesse

Series:

Danièle Henky

La Bible fut un réservoir d’histoires à destination des enfants dès le Moyen Âge en Occident. Aujourd’hui, on puise toujours dans la Genèse ou dans le Nouveau Testament, actualisant des textes fondateurs, afin de les intégrer dans des livres pour la jeunesse. Parodiée, commentée, réinterprétée, la Bible continue de s’offrir comme une sorte de grand vivier de mythes littéraires auquel l’écrivain, qu’il soit croyant ou non, ne se prive pas de recourir.
L'étude des écarts entre le texte originel et sa récriture, pratiquée ici essentiellement à partir d’un corpus d’ouvrages francophones, témoigne des mouvements qui affectent la culture du temps et permet de pointer la manière de faire des auteurs, les effets produits sur l’ouvrage réalisé comme sur le mythe lui-même. Elle révèle aussi la dynamique du mythe biblique à l’œuvre dans les textes destinés aux jeunes et esquisse, parallèlement, une réflexion sur l’évolution de la jeunesse entre héritage et questionnements dans un contexte culturel en constante évolution.
Show Summary Details
Restricted access

Préambule

Extract

À cette étape de notre réflexion, nous pouvons tenter d’esquisser une classification sommaire des ouvrages destinés à la jeunesse que nous avons étudiés, en les organisant au moins en deux types de livres : ceux dans lesquels les auteurs transposent un mythe biblique en revendiquant cette adaptation et ceux dans lesquels, au contraire, les écrivains font usage du mythe de manière allusive ou peut-être même inconsciemment, en puisant simplement dans les sources livresques appartenant à leur « communauté interprétative ». Dans le premier cas, le genre de l’ouvrage peut appeler l’utilisation du mythe dans un but didactique. La Bible a été un réservoir dans lequel les éducateurs, à l’origine essentiellement des religieux, ont puisé sans compter pour édifier leurs élèves. Cette manière de faire s’est poursuivie bien après que l’école est devenue laïque, jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. L’insertion du motif biblique est aussi particulièrement en cohérence avec la thématique de l’enfance, lorsque les écrivains ont à cœur de la représenter comme un Paradis perdu, marchant à la fois vers leur propre enfance et vers celle de leurs lecteurs. Genèse du monde et genèse de son monde ne font alors plus qu’un. Dans le second cas, le mythe biblique, devenu littéraire, est avant tout un moyen commode pour l’écrivain de s’adresser à son public selon les codes culturels en usage dans la société à laquelle il appartient. En allant rechercher dans le fonds commun des histoires qui parlent...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.