Show Less
Restricted access

Guerres dans le monde ibérique et ibéro-américain

Actes du XXXVe Congrès de la S. H. F.

Florence Belmonte, Karim Benmiloud and Sylvie Imperato-Prieur

Cet ouvrage réunit les travaux du XXXVe Congrès de la Société des Hispanistes Français (S. H. F.) qui s’est tenu à l’Université Paul Valéry – Montpellier 3 du 20 au 22 mai 2011. Il rassemble une cinquantaine d’articles qui portent non seulement sur l’Espagne, mais aussi sur l’ensemble de la Péninsule Ibérique, sur l’Amérique hispanophone et les territoires lusophones, du XVIe au XXIe siècle. Le volume est divisé en quatre chapitres, « Faire la guerre », « Dire la guerre », « Représenter la guerre » et « Sortir de la guerre », qui recouvrent une large part des champs disciplinaires auxquels s’attache l’hispanisme (Histoire, civilisation, littérature, théâtre, arts plastiques, peinture, musique, cinéma).
L’ouvrage comprend notamment de nombreux articles sur la guerre civile espagnole et le franquisme (dont les deux conférences plénières), mais aussi d’importantes contributions sur l’ensemble du monde ibérique et ibéro-américain (Portugal, Argentine, Colombie, Cuba, Mexique, Paraguay, Pérou, etc.).
Show Summary Details
Restricted access

De la tribune à l’écran : Vicente Blasco Ibáñez et le « conte cinématographique » de propagande pendant la Première Guerre mondiale (Cécile Fourrel de Frettes)

Extract

← 204 | 205 → CÉCILE FOURREL DE FRETTES

Université Toulouse-Le Mirail

Lorsque, par le jeu des alliances, l’Europe entra dans la Première Guerre mondiale, l’organisation d’une propagande efficace devint cruciale pour galvaniser le moral des nations et convaincre les pays restés à l’écart du conflit de prendre fait et cause pour l’un ou l’autre camp. Ce fut dans un tel contexte que s’inscrivit l’œuvre engagée de l’écrivain espagnol Vicente Blasco Ibáñez en faveur de la France et des valeurs républicaines que cette nation incarnait à ses yeux. Il recourut alors aux différents médias dont il disposait en tant que journaliste, éditeur, romancier et cinéaste.

En juillet 1914, à son retour d’Argentine, il s’installa à Paris où il fut un témoin direct du conflit. Ces circonstances l’amenèrent à abandonner le cycle romanesque entamé sur l’Amérique latine pour se consacrer à l’actualité de la guerre. Il devint correspondant pour divers quotidiens espagnols comme El Pueblo1 de Valence dont il était le fondateur, publia en Espagne une Historia de la Guerra Europea2, puis étendit sa campagne francophile outre-Atlantique3 ; l’écho qu’il rencontra dans ces pays lui permit de se positionner lors d’une conférence à Paris comme le grand médiateur entre « Le Monde espagnol et la France »4 ; à la même époque, il rédigea un cycle de trois romans pro-alliés dont le premier, Los cuatro jinetes del Apocalipsis5 fut immédiatement adapté par le cinéma français...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.