Show Less
Restricted access

Guerres dans le monde ibérique et ibéro-américain

Actes du XXXVe Congrès de la S. H. F.

Edited By Florence Belmonte, Karim Benmiloud and Sylvie Imperato-Prieur

Cet ouvrage réunit les travaux du XXXV e Congrès de la Société des Hispanistes Français (S. H. F.) qui s’est tenu à l’Université Paul Valéry – Montpellier 3 du 20 au 22 mai 2011. Il rassemble une cinquantaine d’articles qui portent non seulement sur l’Espagne, mais aussi sur l’ensemble de la Péninsule Ibérique, sur l’Amérique hispanophone et les territoires lusophones, du XVI e au XXI e siècle. Le volume est divisé en quatre chapitres, « Faire la guerre », « Dire la guerre », « Représenter la guerre » et « Sortir de la guerre », qui recouvrent une large part des champs disciplinaires auxquels s’attache l’hispanisme (Histoire, civilisation, littérature, théâtre, arts plastiques, peinture, musique, cinéma).
L’ouvrage comprend notamment de nombreux articles sur la guerre civile espagnole et le franquisme (dont les deux conférences plénières), mais aussi d’importantes contributions sur l’ensemble du monde ibérique et ibéro-américain (Portugal, Argentine, Colombie, Cuba, Mexique, Paraguay, Pérou, etc.).
Show Summary Details
Restricted access

La guerre, protagoniste de El asedio de Arturo Pérez-Reverte (Catherine Beyrie-Verdugo)

Extract

← 426 | 427 → CATHERINE BEYRIE-VERDUGO

Dans El asedio1, Arturo Pérez-Reverte présente trois guerres qui se livrent sur un même échiquier : Cadix. La première est le siège de la ville par l’armée napoléonienne (1810-1812), qui révèle aussitôt un deuxième combat, à savoir une enquête criminelle. Celle-ci dévoile, à son tour, une dernière lutte, qui n’est autre que la métaphore de la vie humaine, selon l’auteur.

La guerre apparaît dès le premier chapitre. Une jeune fille a été assassinée sauvagement et le commissaire Tizón « descubre semienterrado un fragmento de metal […].Es uno de los trozos de metralla que se desprenden de las bombas francesas al estallar. Los hay por toda Cádiz »2. C’est l’une des seules preuves tangibles du siège, horrible car sournois. L’auteur, impartial, dépeint le capitaine français Desfosseux, qui calcule la composition et la trajectoire de ces bombes, comme « un civil de uniforme. Soldado accidental, mientras dure el campo de experiencias. […] Su reino no es de este mundo »3. C’est un chercheur, pas un homme assoiffé de sang, ni un patriote zélé.

La vision de ce siège est donnée : « Una de las muchas paradojas de la compleja guerra de España es que tan singular combate, donde cuenta más la composición porcentual de una libra de pólvora […] que el coraje de diez regimientos, se encuentra confinado, en la...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.