Show Less
Restricted access

Guerres dans le monde ibérique et ibéro-américain

Actes du XXXVe Congrès de la S. H. F.

Florence Belmonte, Karim Benmiloud and Sylvie Imperato-Prieur

Cet ouvrage réunit les travaux du XXXVe Congrès de la Société des Hispanistes Français (S. H. F.) qui s’est tenu à l’Université Paul Valéry – Montpellier 3 du 20 au 22 mai 2011. Il rassemble une cinquantaine d’articles qui portent non seulement sur l’Espagne, mais aussi sur l’ensemble de la Péninsule Ibérique, sur l’Amérique hispanophone et les territoires lusophones, du XVIe au XXIe siècle. Le volume est divisé en quatre chapitres, « Faire la guerre », « Dire la guerre », « Représenter la guerre » et « Sortir de la guerre », qui recouvrent une large part des champs disciplinaires auxquels s’attache l’hispanisme (Histoire, civilisation, littérature, théâtre, arts plastiques, peinture, musique, cinéma).
L’ouvrage comprend notamment de nombreux articles sur la guerre civile espagnole et le franquisme (dont les deux conférences plénières), mais aussi d’importantes contributions sur l’ensemble du monde ibérique et ibéro-américain (Portugal, Argentine, Colombie, Cuba, Mexique, Paraguay, Pérou, etc.).
Show Summary Details
Restricted access

Guerre civile espagnole et mémoire historique dans les manuels scolaires espagnols après la Transition démocratique (Ana Armenta-Lamant)

Extract

← 502 | 503 → ANA ARMENTA-LAMANT

Université de Pau et des Pays de l’Adour

L’adolescence et le début de l’âge adulte constituent des étapes fondamentales dans l’enregistrement générationnel des mémoires politiques1, à ce titre le manuel scolaire constitue l’un des meilleurs véhicules des savoirs et des idéologies. De ce fait, il nous est apparu intéressant d’étudier la façon dont y était présentée la Guerre civile d’Espagne (1936-1939), conflit qui divise encore aujourd’hui les Espagnols.

Les études réalisées sur les manuels franquistes s’accordent à affirmer que l’enseignement du conflit fut manipulé par le développement d’un vocabulaire patriotique et d’un discours de nationalisation visant à obtenir l’adhésion au régime et à légitimer le coup d’Etat. Nous nous sommes alors interrogée sur ce qu’il en était depuis la Transition démocratique. Quels changements y avait-il eu après la très controversée loi de Mémoire historique de 2006 ? L’étude de nombreux manuels d’Education General Básica, du Bachillerato et des examens d’entrée à l’Université nous a permis de répondre à ces questions.

Si les directives émanant du pouvoir franquiste n’empêchèrent pas l’échange d’idées critiques dans les relations professeur-étudiant, la première amorce significative de changement ne se produisit que dans les années soixante, lors de l’arrivée au pouvoir des technocrates, qui voulurent réagir face à l’isolement international dans lequel s’était peu...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.