Show Less
Restricted access

Les années 1540 : regards croisés sur les arts et les lettres

Edited By Lorenz E. Baumer, Frédéric Elsig and Sabine Frommel

Co-édité par les unités d’archéologie classique et d’histoire de l’art, en partenariat avec l’équipe d’accueil Histara de l’Ecole pratique des Hautes Etudes à Paris, le volume réunit les actes d’un colloque organisé à Genève les 11 et 12 avril 2011. Il se focalise sur l’extraordinaire vitalité des années 1540. Cette décennie de transition a vu l’émergence de phénomènes capitaux et de véritables révolutions dans l’histoire culturelle de l’Occident, dans tous les domaines : de la religion aux sciences en passant par l’architecture et les arts visuels. Son identité reste néanmoins difficile à cerner. Pour tenter d’en préciser les contours, le volume aborde les arts et les lettres sous une pluralité de perspectives, rassemblant des compétences dans différentes disciplines. Son originalité consiste précisément à articuler des approches transversales autour d’un moment crucial et d’en mesurer les conséquences à long terme. Il viendra renouveler, par ce point de vue inhabituel, les études consacrées à la Renaissance.
Show Summary Details
Restricted access

Introduction: Lorenz E. Baumer et Frédéric Elsig

Extract

Dans la pratique de l’histoire, le découpage du temps est généralement fondé sur des moments de fracture, dont l’impact se mesure dans la durée : une épidémie, une guerre ou un changement de régime. Fruit d’une interprétation, il permet de comprendre les phénomènes du passé en fonction de la «période» à laquelle ils se rattachent et qui en déterminent la lecture, selon une logique circulaire. Il peut ainsi paraître vain d’isoler une décennie dans le flux continu de l’histoire et de lui consacrer tout un ouvrage, en croisant les regards de spécialistes dans différents domaines. Pourtant, à y regarder de plus près, les années 1540 se prêtent parfaitement à une telle lecture. Elles constituent, certes, une décennie riche en innovations durables. Cependant, loin de correspondre à un moment de rupture, elles se définissent avant tout comme un temps d’accélération, une période dans laquelle on prend pleinement conscience de l’acquis des générations précédentes.

L’un des aspects les plus emblématiques de la décennie s’observe dans la publication croissante de traités théoriques sur l’architecture et sur les arts. Ces traités, qu’ils soient antiques (Vitruve, Pline) ou modernes (Alberti, Serlio, Vasari), prennent en compte la production contemporaine, évoquée à travers les catégories classiques et dont ils infléchissent le cours, en passant du descriptif au prescriptif. Ils entraînent ainsi une double prise de...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.