Show Less
Open access

Mégare et les établissements mégariens de Sicile, de la Propontide et du Pont-Euxin

Histoire et institutions

Adrian Robu

Mégare est la seule cité de Grèce antique à avoir essaimé des colonies aussi bien en Sicile que sur les rives de la Propontide et dans le Pont-Euxin. À partir des récits antiques, des inscriptions et des documents archéologiques, l’auteur se propose d’offrir une nouvelle interprétation d’un mouvement colonial unique en son genre. Étudiant les causes du départ des Mégariens, il révèle le rôle déterminant joué par les conflits qui opposaient les familles aristocratiques. Il montre aussi que les fondations mégariennes furent le résultat d’une sorte de synœcisme primitif, d’un rassemblement de plusieurs groupes de colons le plus souvent hétérogènes du point de vue ethnique. Les institutions restaient en revanche calquées sur celles de la métropole : les subdivisions civiques et plusieurs magistratures mégariennes furent ainsi reproduites à l’identique. En outre, l’étude des institutions permet de mettre en évidence le rapport étroit qui existe entre l’émergence de la cité et le début de la colonisation grecque, deux phénomènes simultanés du haut archaïsme, qui ont profondément et durablement marqué l’histoire des communautés helléniques.
Show Summary Details
Restricted access

Partie II Les établissements mégariens de Sicile, de la Propontide et du Pont-Euxin

Extract

| 117 →

Partie II

Les établissements mégariens de Sicile, de la Propontide et du Pont-Euxin

La société archaïque n’est pas une simple collection d’individus mais une construction complexe de groupes familiaux que nous connaissons mal1.

Mon intention est d’entreprendre dans cette partie de l’ouvrage l’examen des récits et des trouvailles archéologiques en rapport avec la fondation des établissements mégariens de Sicile, de la Propontide et du Pont-Euxin. Installées en plusieurs temps, les colonies ont conservé des liens de parenté qu’il sera intéressant de relever pour des questions telles que la nature des rapports entre la métropole et les colonies, ou encore les coutumes institutionnelles des cités mégariennes. Dans cette deuxième partie, il s’agira de chercher les analogies et les différences concernant la prise de possession du territoire, les relations entre les différents groupes de colons et les rapports des colonies avec la métropole et les populations locales.

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.