Show Less
Restricted access

L’ennemi de la mort

Le combat perpétuel d’Elias Canetti

Series:

Marion Dufresne

Notre conscience de la mort détermine nos comportements sociaux : tel est le postulat d’Elias Canetti. Tous les textes de l’auteur, que ce soient l’autobiographie, l’œuvre fictionnelle ou les inclassables Réflexions, sont mis à contribution pour démontrer l’omniprésence de la mort. Elle joue un rôle fondamental dans les différentes formations de masse et elle est l’arme la plus redoutable entre les mains des potentats de tout acabit. Le présent ouvrage tente de démontrer que, pour Canetti, la tâche essentielle du poète digne de ce nom est de ne se confronter à l’empire néfaste de la mort que pour mieux la combattre. Face à cette menace Canetti développe sa conception anthropologique et poétologique de la métamorphose. Ne jamais oublier combien nous sommes vulnérables, ne doit pas conduire au désespoir. Il incombe aux poètes de rappeler à l’homme son aptitude à la métamorphose. Il nous faut réapprendre à nous saisir de cette arme qui reste la plus efficace pour échapper au règne du trépas.
Show Summary Details
Restricted access

Masse – survie – mort

Extract

Lorsque l’auteur, à partir de 1922, commence à s’intéresser aux mouvements de masse, les pays d’Europe peinent à se relever d’une guerre meurtrière dont le jeune Canetti peut observer de près les répercussions néfastes. Sa mère avait mis brutalement fin à l’existence paisible qu’il menait, loin des agitations du monde, à Tiefenbrunnen en Suisse et avait décidé de s’installer avec ses trois fils à Francfort.

Chassé de son paradis zurichois, Elias se trouve confronté à la dure réalité d’un pays dévasté et humilié par la défaite, d’un peuple qui a perdu tous ses repères. C’est de cette époque que Canetti date sa première rencontre avec la masse à l’occasion d’une manifestation contre l’assassinat de Rathenau sur la Zeil. Il n’a jamais pu oublier le désir qu’il avait de faire partie de la masse, attirance comparable à ce que l’on connaît en physique sous le nom de gravitation. C’est la totale modification de la conscience qui, en dépit des années passées à élucider ce processus, est restée pour lui un mystère fascinant. Le vécu personnel, socle des réflexions développées par l’auteur, acquiert alors la dimension d’une expérience collective et universelle. De même que seul celui qui a subi ou exercé le pouvoir peut l’analyser, le phénomène de la masse ne saurait être appréhendé que par celui qui a succombé à sa fascination. Ce qui compte vraiment, ce sont les conséquences tir...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.