Show Less

De la liberté ou des questions éthiques en éducation aujourd’hui

Ebauche de réponse par le truchement des modernes

Dieudonné Mushipu

Tout au long de l’histoire de la philosophie et de l’éducation, les modernes ont plus ou moins bien abordé les questions qui se posent par rapport à la liberté en éducation. Ce livre invite les éducateurs actuels à revisiter ces philosophes pour trouver des ébauches de réponses à ces questions.
Il ne s’agit pas d’un retour, mais plutôt d’un recours aux modernes, tels Rousseau, Locke, Kant, Fichte, Hegel et Pestalozzi. La crise que connaît la société actuelle mondialisée depuis Mai 68 a incité l’auteur à soulever les questions éthiques possibles autour de l’autonomie de l’éduqué en se demandant comment ce dernier devrait vivre sa liberté vis-à-vis de la société qui a ses lois, vis-à-vis de ses éducateurs ainsi que des personnes qui constituent son cercle restreint de vie.
L’éduqué se trouve aussi confronté à d’autres réalités qui éprouvent sa liberté : la nature avec ses priorités écologiques actuelles, la mondialisation, le multiculturalisme, et enfin la spiritualité. Sa liberté doit tenir compte de l’existence et de la présence de l’autre dans son espace vital ; ainsi, l’autorité, en éducation, se vivrait autrement. Sur la base de l’éthique habermasienne, l’auteur fonde dans cette étude une pédagogie du dialogue entre éduqué et éducateur.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Introduction générale 1

Extract

Introduction générale L’éducation est un sujet à la fois vieux comme l’histoire de l’huma- nité et, à la fois ou en même temps, actuel pour notre époque. Elle a toujours intéressé l’homme depuis les débuts de sa socialisation. Au- jourd’hui, elle fait partie même des exercices nécessaires et urgents, pour ne pas dire prioritaires, de nos sociétés contemporaines. Car c’est par son biais que l’homme a su, ou sait, communiquer et échanger avec ses pairs pour une vie d’ensemble plus harmonieuse. Elle pourrait se définir comme un phénomène qui s’est d’abord passé en famille, puis dans la communauté humaine plus élargie jusqu’au moment où elle est devenue une affaire des cités à l’époque où celles-ci se sont consti- tuées. Peu à peu dans l’histoire de l’humanité, elle a fini par évoluer en devenant quelque chose qui relevait de la responsabilité publique. Et elle était prise en charge d’une manière partagée entre les familles et les responsables publics. C’est, plus ou moins, la forme qu’elle re- vêt aujourd’hui. Cependant, notons-le, depuis que les hommes, disons les philosophes, se sont mis à réfléchir sur ce qui constitue l’essentiel de leur vie, l’éduca- tion, ou la manière de conduire l’éducation, a toujours été au centre des débats. Depuis l’Antiquité grecque jusqu’à la naissance de la science so- ciale, la réflexion autour de l’éducation était presque l’apanage des philo- sophes. Même...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.