Show Less

La Migrance à l’œuvre

Repérages esthétiques, éthiques et politiques

Series:

Edited By Michael Brophy and Mary Gallagher

A l’heure d’une recomposition radicale et accélérée des espaces géoculturels et géopolitiques, un art de faire qui participe de la migrance et en éclaire les multiples enjeux engendre de nouvelles pratiques et configurations esthétiques qui bousculent moules et canons. Qu’il soit littéraire, plastique, cinématographique ou autre, cet art désigne aujourd’hui, par-delà l’opposition de l’étranger et de l’indigène, du nomade et du sédentaire, une pluralité d’appartenances et de potentialités identitaires qui nous concernent tous.
Ce recueil d’essais se propose de cerner dans des œuvres de factures et d’origines différentes la dynamique de la migrance en tant que mise à l’épreuve des identités, tension vers l’autre, moteur éventuel de la transculturation. Comportant un très large éventail d’approches, il joint à l’appréciation esthétique l’interrogation de la teneur éthique et politique de l’œuvre – des conditions de sa genèse et de sa production jusqu’à sa circulation et sa réception. Par un réseau de résonances et d’échos qui passent les frontières des genres, des langues et des cultures, l’ensemble des contributions révèle les nouveaux horizons sous lesquels œuvrent celles et ceux soucieux de faire de leur propre passage la seule mesure crédible de l’humain et de ses possibles futurs.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

François PARÉ: Poésie minoritaire et migrances nomades 1

Extract

Poésie minoritaire et migrances nomades François PARÉ University of Waterloo, Ontario Nous voici amenés à réfléchir à des questions fondamentales pour notre compréhension non seulement des sociétés contemporaines dans leur en- semble, mais plus précisément de leurs rapports parfois troubles avec les notions de migrance, de déplacement et de clignotement identitaire. Ce fut un grand plaisir évidemment d’être de retour en Irlande, lieu d’une culture fortement marquée par son histoire diasporale et par le paradoxe de la dou- leur et de l’émerveillement que formulent, au sein du présent, ces lieux de désolidarisation et de transfiguration dans la mémoire collective. Pour moi qui ai grandi au Québec, j’ai comme bien d’autres de mes compatriotes la curieuse impression d’appartenir par procuration à l’univers diasporal ir- landais. Du moins, j’aime me l’approprier, cet univers, sans trop demander la permission au propriétaire. Une culture évolue toujours en dehors d’elle- même, là où elle fait l’expérience de l’inquiétude et du non-sens. Certes, les perceptions de la différence façonnent la substance de l’identité; mais cette différence, souvent obscure, surgit de l’intérieur même du tissu collectif. Elle nous appartient en propre, quelle que soit la nature de ce «propre». Dans cette brève étude, la poésie, évocation même de la marginalité au sein des discours sociaux, nous servira d’humble porte d’entrée, comme une sorte de linteau, de point d’observation, à la...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.