Show Less

Mythes et tabous des relations franco-allemandes au XX e siècle- Mythen und Tabus der deutsch-französischen Beziehungen im 20. Jahrhundert

Series:

Edited By Ulrich Pfeil

Depuis la fin du XVIII e siècle, la France et l’Allemagne se sont retrouvées face à face, opposées l’une à l’autre selon un schéma qui s’est constamment nourri de symboles et de récits de nature antagoniste. Dans la mesure où les mythes décrivent « ce qui n’a jamais existé et ce qui se perpétue », ils constituent un matériau servant à forger sa propre identité en se démarquant de celle du voisin. Par la suite, les relations franco-allemandes furent toujours et encore marquées par des conflits et des guerres, de telle sorte que l’image de l’autre comme « ennemi héréditaire » s’est solidement ancrée dans la perception mutuelle, de part et d’autre du Rhin, jusqu’au milieu du XX e siècle. Mais si les mythes politiques, en tant qu’armes mentales, peuvent être des forces motrices des conflits, ils peuvent aussi contribuer – à l’exemple des relations franco-allemandes après 1945 – à transformer les anciens « ennemis » en « amis » héréditaires. Cet ouvrage analyse les perceptions, la construction des stéréotypes, les mises en scène politiques, mais aussi les tabous et parfois les retours du refoulé.
Seit dem Ende des 18. Jahrhunderts standen sich Deutschland und Frankreich feindlich gegenüber. Ihr Antagonismus wurde von einem Schema bestimmt, das sich beständig durch gegensätzliche Symbole und Narrative nährte. Indem Mythen beschreiben, «was niemals existiert hat und was weiter fortlebt», bilden sie ein identitätsstiftendes Material, mit dem sich beide vom Nachbarn abgrenzten. In der Folge blieben die deutsch-französischen Beziehungen von Konflikten und Kriegen bestimmt, so dass das Bild vom «Erbfeind» bis zur Mitte des 20. Jahrhunderts tief in der wechselseitigen Perzeption auf beiden Seiten des Rheins verankert blieb. Aber wenn politische Mythen als mentale Waffen Katalysatoren für Konflikte sein können, so können sie auch dazu beitragen – wie die deutsch-französischen Beziehungen nach 1945 zeigen –, aus ehemaligen Feinden «Erbfreunde» werden zu lassen. Dieser Band untersucht Perzeptionen, Konstruktionen von Stereotypen, politischen Inszenierungen, aber auch Tabus und bisweilen die Rückkehr von bereits überwunden geglaubten Repräsentationen.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Christine PFLÜGERLe tabou de la défaite et le recours à la Révolution.Le rôle du discours révolutionnaire dans les représentationslittéraires et historiographiques de l’occupation allemande en France(1940-1944) entre l’immédiat après-guerre et les années 1950 211

Extract

Le tabou de la défaite et le recours à la Révolution Le rôle du discours révolutionnaire dans les représentations littéraires et historiographiques de l’occupation allemande en France (1940-1944) entre l’immédiat après-guerre et les années 1950 Christine PFLÜGER (Universität Kassel) «Entre autres divisions, il y eut un temps où les habitants de la France, qu’ils fussent nomades ou sédentaires, se trouvèrent catégoriquement partagés en deux: ceux qui les avaient vus et ceux qui ne les avaient pas encore vus. Il arrivait qu’ils se rencontrassent. On constatait, alors, qu’ils ne clignaient plus du même œil».1 Ces spécimens que l’on avait vus ou pas vus, qu’il fallait presque avoir vus, c’étaient les Allemands: [...] ils étaient précédés par les Hollandais, les Belges, les Luxembourgeois, les habi- tants du Nord, du Pas-de-Calais, des Ardennes, de la Somme et par d’autres [...]. Lorsque les Allemands débouchaient à leur tour, ils avaient déjà perdu le bénéfice de la surprise, l’exotisme régnait sans eux. Donc, ils arrivaient, mais ils arrivaient bons derniers. C’était une consolation.2 Voilà la façon dont Antoine Blondin, en 1949, décrit le désastre, l’effondre- ment et l’exode, la fuite des Parisiens et des Français du Nord devant les troupes allemandes en juin 1940. Il prend le ton de l’ironie pour évoquer la défaite, une situation humiliante dont on avait de la peine à parler. Deux ans...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.