Show Less

Image, Reproduction, Texte- Bild, Abbild, Text

Series:

Edited By Françoise Lartillot and Alfred Pfabigan

Les relations du texte, de l’image et de la photographie sont abordées dans ce cinquième volume de notre revue. Elles sont considérées comme un facteur qui d’une part détermine la genèse des textes, d’autre part se trouve en étroite corrélation avec la question de la mimésis telle qu’elle a été abordée par Erich Auerbach et permettant de ce fait de renouveler la compréhension de l’un et l’autre phénomènes. Outre les textes de la deuxième moitié du vingtième siècle et du début du vingt-et-unième siècle traités en début de volume, l’ouvrage porte sur l’œuvre de Joseph Roth. La réception de cette dernière est un phénomène remarquable de l’histoire des idées du demi-siècle passé lors duquel la manière de lire l’œuvre et de la qualifier voire de l’étiqueter s’est souvent modifiée. Dans ce volume, les contributions entendent donner accès à la richesse de l’œuvre. Plusieurs documents inédits en lien à l’œuvre et à sa réception y sont présentés.
Das Wechselverhältnis von Text, Bild und Photographie wird in diesem 5. Band unseres Jahrbuchs als ein Faktor erörtert, der zum einen die Textgenese bestimmt, zum anderen die Mimesisfrage, wie sie von Erich Auerbach aufgeworfen wurde, neu zu konturieren erlaubt. Neben Texten aus der zweiten Hälfte des 20. Jahrhunderts und des beginnenden 21. Jahrhunderts liegt ein Schwerpunkt auf den Texten von Joseph Roth. Die Roth-Rezeption ist ein bemerkenswertes Phänomen der Ideengeschichte der letzten 50 Jahre – die Zuordnungen und Bewertungen dieses Schriftstellers haben sich mehrere Male verändert. Unsere Beiträge versuchen, die Breite seines Werkes nachzuzeichnen und präsentieren gleichzeitig einige neue dokumentarische Fundstücke zu diesem und zur Rezeption.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Carnet autrichien / Österreichisches Beiheft

Extract

CARNET AUTRICHIEN ÖSTERREICHISCHES BEIHEFT En souvenir de Grand-Père, Ilse Tielsch Introduit et traduit par Christine AQUATIAS Ilse Tielsch est née en 1929 à Auspitz (aujourd’hui Hustopece) en Mora- vie. En 1938, les troupes allemandes entrent en Moravie, qui devient une province du Reich allemand. En avril 1945, le front s’approchant dange- reusement, les parents d’Ilse organisent son départ pour l’Autriche. Elle y trouve en effet refuge et travaille dans une ferme jusqu’à la fin de la guerre, qui marque pour sa famille (les grands-parents d’Ilse étaient des paysans vignerons aisés) l’abandon forcé des terres, de la terre natale et l’exil pour l’Allemagne. L’œuvre littéraire d’Ilse Tielsch, lyrique ou en prose, se nourrit de ces deux expériences: le contact avec la terre, le rythme des cultures, la succession des saisons, d’une part; l’arrachement à la terre des origines, qui est aussi l’arrachement à l’harmonie de l’enfance, d’autre part. Ilse Tielsch devient citoyenne autrichienne en 1949. Elle étudie la germanistique à Vienne, entre en contact avec les auteurs et gens de scène fréquentant le «théâtre des 49», un théâtre viennois établi sur le marché aux victuailles (Naschmarkt), et reçoit le soutien de Helmut Qualtinger, Jeannie Ebner et Hans Weigel. Elle contribue à la fondation du cercle lit- téraire et du magazine Podium. Ses premières publications sont lyriques (1964: In meinem Orangengarten). Des recueils de nouvelles suivront, puis en 1980 paraît le premier volume d’une trilogie romanesque: Die Ahnenpyramide, qui sera traduit en...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.