Show Less

Facteurs d’Identité- Faktoren der Identität

Series:

Edited By Dominique Avon and Jutta Langenbacher-Liebgott

En 2010, deux équipes de chercheurs des Universités de Paderborn et du Maine ont confronté leurs perspectives sur ce qui est susceptible de produire l’« identité », la conviction d’une appartenance commune. Par « facteurs », les contributeurs entendent les promoteurs autant que les supports et les références. Loin de projeter dans le passé un modèle européen commun, arbitraire et idéalisé, ils présentent la complexité des processus de cristallisation d’un « nous » – donc d’un « eux » –, variable en fonction du temps et du lieu. Ils privilégient des études de cas dans le champ de la littérature, du droit, de la presse, de l’enseignement ou du culte, sans négliger l’analyse théorique des concepts.
Im Oktober 2010 trafen zwei Forschergruppen der Universitäten Le Mans und Paderborn zusammen, um sich über die Frage nach Möglichkeiten der Identitätskonstruktion – der Frage also, was es Menschen ermöglicht, sich als Gemeinschaft zu begreifen – auszutauschen. Unter ‚Faktoren’ verstehen die Beiträger sowohl Stifter und materielle Träger als auch Bezugsrahmen von Identitätsentwürfen. Ohne der Vergangenheit Europas eine vermeintliche Einheit unterstellen zu wollen, die von vornherein dem Verdacht der Willkür und der Idealisierung ausgesetzt wäre, wollen sie Prozesse der Kristallisierung eines ʻWir’ – und damit immer auch eines jeweils ʻAnderen’ – im konkreten räumlichen und zeitlichen Kontext und in ihrer Komplexität darstellen. Der Band bevorzugt daher die theoriegeleitete Analyse konkreter Paradigmen aus den Bereichen der Literatur und des Rechts, des Presse- und Unterrichtswesens oder der Religion.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

II. La littérature comme référence 67

Extract

II La littérature comme référence Bernhard LANG, Universität Paderborn Les aventures de Joseph en Egypte et en Europe : Goethe et Voltaire en 17631 Existe-t-il aujourd’hui une vie culturelle commune, garante d’une iden- tité européenne commune ? Cette question fait l’objet de nombreux débats. Par le passé, une telle vie existait vraiment. Du moins le XVIIIe siècle, le grand siècle des Lumières en Europe, en témoigne incontesta- blement. Partout où il y avait des intellectuels, en ce temps-là, on parlait et on discutait des mêmes thèmes – souvent d’ailleurs dans la même langue, en l’occurrence le français. Que l’on fréquente un salon français de l’époque ou que l’on s’informe sur les cercles littéraires et philoso- phiques des cours allemandes, nous retrouvons partout les mêmes thèmes. La critique de l’Etat et de la religion était omniprésente, et le nom de Voltaire manquait rarement ; on traitait beaucoup de l’éducation des enfants et le nom de Rousseau devait immanquablement être men- tionné ; la littérature était un thème omniprésent, occasion de parler de Richardson, de Diderot et de Goethe. Ceci dit, le XVIIIe siècle ne s’est pas contenté d’apporter des choses nouvelles, il était en même temps impliqué profondément dans l’histoire de ses propres institutions et traditions. Prenons par exemple la Bible. Elle avait un rapport avec les trois débats – avec la critique de la religion autant qu’avec...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.