Show Less

Facteurs d’Identité- Faktoren der Identität

Series:

Edited By Dominique Avon and Jutta Langenbacher-Liebgott

En 2010, deux équipes de chercheurs des Universités de Paderborn et du Maine ont confronté leurs perspectives sur ce qui est susceptible de produire l’« identité », la conviction d’une appartenance commune. Par « facteurs », les contributeurs entendent les promoteurs autant que les supports et les références. Loin de projeter dans le passé un modèle européen commun, arbitraire et idéalisé, ils présentent la complexité des processus de cristallisation d’un « nous » – donc d’un « eux » –, variable en fonction du temps et du lieu. Ils privilégient des études de cas dans le champ de la littérature, du droit, de la presse, de l’enseignement ou du culte, sans négliger l’analyse théorique des concepts.
Im Oktober 2010 trafen zwei Forschergruppen der Universitäten Le Mans und Paderborn zusammen, um sich über die Frage nach Möglichkeiten der Identitätskonstruktion – der Frage also, was es Menschen ermöglicht, sich als Gemeinschaft zu begreifen – auszutauschen. Unter ‚Faktoren’ verstehen die Beiträger sowohl Stifter und materielle Träger als auch Bezugsrahmen von Identitätsentwürfen. Ohne der Vergangenheit Europas eine vermeintliche Einheit unterstellen zu wollen, die von vornherein dem Verdacht der Willkür und der Idealisierung ausgesetzt wäre, wollen sie Prozesse der Kristallisierung eines ʻWir’ – und damit immer auch eines jeweils ʻAnderen’ – im konkreten räumlichen und zeitlichen Kontext und in ihrer Komplexität darstellen. Der Band bevorzugt daher die theoriegeleitete Analyse konkreter Paradigmen aus den Bereichen der Literatur und des Rechts, des Presse- und Unterrichtswesens oder der Religion.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

III. Nations, ordres et religions 203

Extract

III Nations, ordres et religions Laurent BOURQUIN, Université du Maine La dérogeance en France à l’époque moderne : un passe-partout social ? « Dérogeance : Action par laquelle on déroge à la noblesse. On l’a mis à la taille à cause de sa dérogeance. Quand il y a dérogeance, il faut des lettres de réhabilitation »1. « Déroger : On dit Déroger à noblesse, ou simplement Déroger pour dire Faire quelque chose qui, par les loix du pays, fait décheoir de la noblesse. Prendre des terres à ferme, tenir boutique etc., c’est déroger à noblesse. Il étoit de noble race, mais son aïeul, son père a dérogé »2. Ces définitions, extraites de deux éditions du Dictionnaire de l’Académie française éloignées d’une soixantaine d’années, appellent deux commentaires qui méritent d’être placés en tête de cette communication. D’une part, la dérogeance est conçue comme une composante essentielle de l’identité nobiliaire : déroger fait perdre sa noblesse ; ne plus déroger permet de la recouvrir. D’autre part, elle est étroitement liée à certaines activités qui sont jugées incompatibles avec la noblesse et qui dessinent en creux ce qu’un noble doit faire – et donc, in fine, doit être – pour mériter d’appartenir au second ordre. La bibliographie, composée pour l’essentiel d’ouvrages anciens, souvent écrits par des historiens du droit, n’est guère étoffée3. Il a fallu 1 Dictionnaire de l’Académie françoise, dédié au Roy,...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.