Show Less

Citoyennes sous tutelle

Le mouvement féministe « radical » dans l’Allemagne wilhelmienne

Series:

Anne-Laure Briatte-Peters

Les féministes « radicales » ont été le fer de lance du mouvement féministe allemand. Leur projet était de s’attaquer à la racine du problème de la condition féminine, en repensant l’ordre social, économique et politique allemand. La revue Die Frauenbewegung permet de reconstituer les présupposés et les enjeux de leurs luttes, ainsi que leurs stratégies de mobilisation. Revendiquant l’égalité civique comme le levier nécessaire à l’obtention de tous les autres droits, les « radicales » durent affronter la double résistance de la majorité du mouvement féministe, soucieuse de son établissement dans la société bien-pensante, et des libéraux, qui rechignaient à soutenir leurs revendications. Cet ouvrage rend visibles les formes d’intervention politique de ces femmes qui aspiraient à participer au progrès et à contribuer aux réflexions suscitées par l’avènement de la modernité. Tournées en dérision par les uns, décriées par les autres, elles ont inventé la citoyenneté au féminin, imaginant de nouvelles formes de militantisme.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

III. «… dans ces conditions, une coopération fructueuse etsatisfaisante était naturellement exclue»: perte de cohésion dumouvement féministe «radical» (1908-1919) .................................... 321

Extract

III. «… DANS CES CONDITIONS, UNE COOPÉRATION FRUCTUEUSE ET SATISFAISANTE ÉTAIT NATURELLEMENT EXCLUE»: PERTE DE COHÉSION DU MOUVEMENT FÉMINISTE «RADICAL» (1908-1919) La loi d’Empire unifiée sur les associations, entrée en vigueur le 15 mai 1908, autorisait les femmes de tous les États allemands à adhérer à des asso- ciations de nature politique et à assister à leurs réunions. Cette loi levait donc l’interdit de toute activité politique pour les femmes. Changeant la donne de l’engagement féministe, elle provoqua, comme nous le verrons, de profondes mutations dans les rapports de force au sein du féminisme alle- mand. Elle accéléra la politisation des Allemandes, au profit de partis poli- tiques de tous bords. Interprétée par les intéressées comme un premier pas vers la concession des droits civiques aux femmes, la loi sur les associations eut également pour effet de focaliser l’attention sur la question de la partici- pation politique des femmes, plus particulièrement sur celle du droit de vote. Pour toutes ces raisons, la loi sur les associations de 1908 constitua un tour- nant dans l’histoire du mouvement féministe allemand. La période considérée dans cette troisième et dernière phase du mouve- ment féministe «radical» comprend d’une part les années 1908-1914 et de l’autre les années 1914-1918, placées sous le signe de la guerre. Si nous avons choisi de rassembler ces deux périodes en une seule malgré des con- textes fort...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.