Show Less

Constructions de l’espace dans les cultures d’expression allemande

Series:

Edited By Françoise Lartillot and Ulrich Pfeil

L’existence humaine n’est pas seulement conditionnée par le temps, mais aussi par l’espace, tel fut le constat du « spatial turn », rendant nécessaire un infléchissement de la recherche en sciences humaines et sociales. En effet, la dimension spatiale est éminemment culturelle, et dans toutes les cultures, la mise en relation de soi avec le monde est liée à une donnée spatiale et locale. Les aires d’expression allemande forment un objet privilégié d’étude, permettant de dégager des tendances se manifestant dans la construction de l’espace. En effet, il n’y a guère de pays qui ont connu autant de transformations profondes de leur espace et de leurs limites. Dans cette perspective, les auteurs de ce livre s’interrogent sur la manière dont les espaces et leurs représentations se construisent, se transmettent et se perpétuent. Ils interrogent les interactions entre les expériences directes et les nécessités pratiques, les codes et les vecteurs culturels du savoir sur l’espace, les identités et les projections. Ce livre contient des contributions en français et en allemand.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Constructions littéraires de l’espace

Extract

CONSTRUCTIONS LITTERAIRES DE L’ESPACE Voir et construire l’espace L’exemple de la représentation littéraire du paysage au XVIIIe et au début du XIXe siècle Patricia DESROCHES-VIALLET Université Jean Monnet, Saint Etienne On a beau dire ce qu’on voit, ce qu’on voit ne loge jamais dans ce qu’on dit, et on a beau faire voir, par des images, des métaphores, des comparaisons, ce qu’on est en train de dire, le lieu où elles resplendissent n’est pas celui que déploient les yeux, mais celui que définissent les successions de la syntaxe. Michel Foucault, Les mots et les choses1 Défini principalement comme «mise en perspective d’un fragment du monde sensible»,2 le paysage pose invariablement le problème de la cons- truction de l’espace. Comment opérer une sélection parmi l’extrême variété des éléments dont il est composé; comment les ordonner dans un ensemble suffisamment structuré pour que naisse une impression de cohérence? Si la question, en peinture, semble réglée par ce tour de force que fut, à l’époque de la Renaissance, l’invention de la perspective centrale, elle demeure, en littérature, infiniment ouverte. Impossible en effet, ainsi que l’a bien rappelé Lessing dans son Laokoon (1766), de transposer directement un mode de perception et de construction spatiales dans un genre régi non par le principe de la coexistence (des corps dans l’espace), mais par celui de la successivité (des actions dans le temps); pourtant, cet «ordre de...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.