Show Less

Satire socio-politique et engagement

dans la fiction contemporaine

Series:

Annette Shahar

Actes du colloque international organisé par le Groupe d’Etudes Francophones de l’Université de Haïfa en mai 2012 sur Satire socio-politique et engagement dans la fiction contemporaine, les études réunies dans ce livre s’intéressent à la question de l’engagement politique dans la littérature romanesque d’aujourd’hui.
Diverses approches critiques interrogent le lien entre la fiction romanesque et les problèmes actuels de notre société; elles se fondent sur un corpus de romanciers très contemporains, dont les écrits fictionnels laissent filtrer, masquée ou affirmée, une satire socio-politique.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Catherine MAYAUX - Henry Bauchau, «un monde en prose et en bruit»: pour un engagement alternatif 165

Extract

Henry Bauchau, « un monde en prose et en bruit »1: pour un engagement alternatif Catherine MAYAUX Université de Cergy-Pontoise Le réel ne commence qu’au moment où je puis l’exprimer2 Né en 1913, Henry Bauchau s’est dans sa jeunesse beaucoup engagé, dans le christianisme comme secrétaire de la revue la Cité chrétienne, puis, au moment de la capitulation de la Belgique, en créant le Service des Volontaires du Travail, progressivement noyauté par les Rexiste pro-nazis, ce qui l’amènera à entrer activement en résistance, sans lui éviter toutefois un procès ignominieux à la Libération, dont il sortira blanchi, mais meurtri. Ces échecs l’ont donc conduit vers d’autres voies et d’autres choix3. Aussi, disons-le d’emblée, il n’y a pas de satire socio-politique dans l’œuvre d’Henry Bauchau. L’humour n’est pas absent de cette œuvre, mais il se déploie en un sourire discret et intériorisé et non par le rire ou la satire. Dans les trois romans les plus importants que l’écrivain a situés dans notre monde contemporain, La Déchirure (1966), L’enfant bleu (2004), Le Boulevard périphérique (2008), une critique de la société accompagne comme un fil rouge le cheminement des personnages et du narrateur bauchaliens, en contrepoint du désir d’une autre société, d’une autre approche du monde et de la vie fondée sur une santé, sur un équi- libre écologique dans le rapport de l’homme au temps et à la nature. Le 1 « Il revient, nous...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.