Show Less

Initiation au Programme Minimaliste

Eléments de syntaxe comparative

Series:

Genoveva Puskas

Cet ouvrage est une introduction à la théorie syntaxique basée sur le programme minimaliste, une version récente de la grammaire générative. Il se veut accessible tant aux linguistes débutants qu’à ceux, déjà familiarisés avec la grammaire générative, qui souhaitent mettre leurs connaissances à jour. Les chapitres explorent de manière progressive divers aspects de l’analyse de la phrase comme la structure des constituants, de la phrase déclarative simple, des clauses enchâssées, ainsi que les constructions plus complexes telles les phrases passives, les phrases négatives ou interrogatives. Les notions théoriques sont présentées de façon graduelle, dans un langage clair et accessible. L’accent est mis sur la présentation et l’analyse d’exemples en français, mais dans les cas pertinents, la discussion s’enrichit de comparaisons avec des langues très diverses, comme le hongrois, le gungbe, le japonais ou le basque.
Ce livre est un des rares ouvrages sur la théorie générative à être écrit en français ; il vise à combler une lacune dans le vaste domaine des ouvrages introductifs sur la syntaxe.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 5

Extract

La phrase tensée 5.1 La tête de la phrase Dans le chapitre précédent, nous avons vu que chaque constituant est or- ganisé de manière hiérarchique. Il comporte une tête, qui peut fusionner avec un complément sélectionné, et qui projette une projection maximale. Qu’en est-il de la phrase ? Est-elle aussi organisée de manière endo- centrique ? Et quelle en est la tête ? Dans la mesure où nous avons établi (chapitre 1) qu’une phrase devrait minimalement comporter un prédicat et un argument, dont la réalisation syntaxique prend souvent la forme de verbe et de sujet, on pourrait penser que la tête de la phrase correspond à l’un ou l’autre de ces éléments. Ce- pendant, un examen plus minutieux de la phrase nous permet de voir qu’elle est bien plus complexe syntaxiquement. Bien que le prédicat et son argument jouent un rôle prépondérant dans l’interprétation d’une phrase, une phrase indépendante comporte aussi une marque de temps. En effet, sans temporalité, une séquence n’est pas une phrase. Il n’est pas possible de prononcer, de but en blanc, une « phrase » comme en (1) : (1) *Eugène et Emile manger des épinards. Ainsi, toute phrase doit comporter au moins une spécification de temps. En effet, c’est bien cette spécification temporelle qui permet « d’ancrer » une phrase dans un discours, autrement dit de situer l’événement décrit par la phrase dans le monde....

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.