Show Less

Guerre et Exil chez Louis-Ferdinand Céline

Series:

Ana Maria Alves

La présente étude a pour objet essentiel les polémiques et accusations à caractère politique, dont Louis-Ferdinand Céline a fait et continue de faire l’objet. D’où l’interrogation sur les causes de la fuite en Allemagne de l’écrivain ainsi que sur sa relation avec les Allemands à l’époque de la Seconde Guerre mondiale. C’est pourquoi, dans un premier temps l’accent est mis sur le contexte de l’époque, afin de mieux percevoir la nature de la position de Céline à travers ses écrits et pamphlets d’un antisémitisme virulent. Le livre évoque ensuite de façon détaillée les différentes étapes de l’exil de Céline, d’abord dans l’Allemagne embrasée de la fin de la guerre, où il choisit de se réfugier le 17 juin 1944, puis au Danemark (1945–1951), d’où il devra répondre aux accusations de trahison formulées contre lui par la justice française, avant son retour en France et une réhabilitation tardive. Les écrits qui forment le corpus de l’étude portent l’empreinte profonde de l’expérience amère et cruelle de l’exil. Malgré un cheminement tortueux, qui lui confère une aura d’écrivain « maudit », Céline demeure, aujourd’hui, l’un des génies de la littérature française du XX ème siècle.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

INTRODUCTION 1

Extract

1 avec des yeux avides de tout connaître: le spectacle qu’il découvre l’enflamme. Communisme ou capitalisme, pile ou face d’une même déca- dence, – «aucun régime ne résisterait à deux mois de vérité»,25 dit-il. A son retour, il publie son premier pamphlet – Mea Culpa –, dans lequel éclate sa colère et sa nausée. Il affirme que «la politique a pourri l’homme encore plus profondément depuis les trois derniers siècles que pendant toute la préhistoire»26 et il ajoute que le progrès est un mythe et que la machine abrutit l’homme. Selon l’auteur «la prétention au bonheur (est une) énorme imposture! C’est elle qui complique toute la vie! Qui rend les gens si veni- meux, crapules imbuvables. Y a pas de bonheur dans l’existence, y a que des malheurs plus ou moins grands, plus ou moins tardifs, éclatants, secrets, différés, sournois…».27 La critique qu’il a, jusqu’ici, fait du monde mo- derne, paraît absolue et sa conception de l’humanité, pessimiste. Une seule phrase, dans Mea Culpa, à peine offensive, peut sembler annoncer un anti- sémitisme latent: […] Se faire voir aux côtés du peuple, par les temps qui courent, c’est prendre une «assurance nougat». Pourvu qu’on se sente un peu juif, ça devient une assurance vie.28 Lucide, face au combat à mener et des risques dramatiques qu’on peut, dès lors entrevoir, Céline ose les premières manifestations d’antisémitisme, lors de la parution de...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.