Show Less

L’Europe des citoyens et la citoyenneté européenne

Évolutions, limites et perspectives

Series:

Edited By Michel Catala, Stanislas Jeannesson and Anne-Sophie Lamblin Gourdin

La construction européenne est souvent présentée ou perçue comme un processus technocratique imposé aux peuples par les élites à la suite du désastre de la Seconde Guerre mondiale et du traumatisme de la Guerre froide. La crise actuelle que connaît l’Union européenne semble ainsi démontrer l’absence de solidarité entre les États et les peuples du continent, par manque d’identité partagée et de projet politique démocratiquement accepté. La création d’une citoyenneté européenne par le traité de Maastricht, en 1992, n’a pas enrayé le désintérêt des citoyens des États membres, pourtant de plus en plus affectés par les politiques européennes, à l’égard de l’Union et de ses institutions. Dans une perspective résolument interdisciplinaire, à la croisée de l’histoire, du droit, des sciences politiques, de la sociologie et de la philosophie, cet ouvrage entend dépasser ce constat d’échec un peu simpliste, pour étudier les modalités et les visages de la citoyenneté européenne, son émergence progressive depuis les premiers projets de l’entre-deux-guerres, ses limites et ses insuffisances, mais aussi ses perspectives, à long terme comme dans un avenir proche.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Deuxième partie La citoyenneté par le droit

Extract

Alexandre BERNIER, Université de Copenhague Favoriser et défier le droit européen : la lutte de deux courants de pensée concurrents de juristes et d’hommes politiques en France (1975–1989) La jurisprudence1 de la Cour de justice des Communautés européennes (CJCE) pose depuis 1964 le principe fondamental de la primauté du droit communautaire2. Après avoir longtemps exprimé de sérieuses réserves, les ordres judiciaire, administratif et constitutionnel français ont admis ce prin- cipe. Mais la base sur laquelle ils l’ont intégré révèle une certaine défiance. En effet, les cours suprêmes des trois ordres ont fait respecter le traité de Rome en se fondant non pas sur la spécificité du droit communautaire mais sur la Constitution française de 19583. Une telle résistance a poussé certains chercheurs, principalement juristes et politistes, à souligner « la difficulté du droit communautaire à s’imposer aux systèmes juridiques nationaux »4. Ces chercheurs ont avancé la théorie selon laquelle la CJCE contourna les gouvernements et les hautes juridictions des États membres, s’appuyant ex- clusivement sur les juridictions de premier degré, les associations de juristes européens et le milieu universitaire pour promouvoir le droit européen5. 1 Le présent article s’inscrit dans le travail préparatoire à un doctorat qui doit trouver son aboutissement à la fin de l’année 2015. Ce doctorat porte sur la réception et la co-production en France de la pratique constitutionnelle de la Cour de Luxembourg entre 1958...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.